Archives par mot-clé : raid morbihan

Raid du Morbihan 11ème édition : les nouveautés 2015

11ème édition du Grand Raid du Golfe du Morbihan en 2015

26-27-28 juin 2015 Vannes – Morbihan

Avec la 10ème édition en 2014, l’Ultra Marin a franchi un cap et a su s’imposer au fil des années comme un événement incontournable du calendrier de tout trailer qui se respecte !

En 2014 plus de 5000 participants ont été recensés sur les différentes épreuves proposées, ce qui ne fût pas sans poser quelques soucis d’organisation pour une équipe qui se veut conserver son état d’esprit d’origine et rester à taille humaine.

Les principales nouveautés pour l’édition 2015 de l’Ultra-Marin :

C’est pourquoi, suite à ces quelques petits couacs quelques changements interviendront en 2015 pour éviter, tant que faire ce peut, les embouteillages rencontrés par certains sur le parcours. Les principales mesures prises sont les suivantes :

– Limitation à 5000 participants au total pour l’ensemble des épreuves. Certaines, notamment le 56 km risquent donc de se remplir très vite, alors n’attendez pas la dernière minute pour vous inscrire.

– Changement d’horaires : la principale épreuve concernée par ces changements est le Raid 87 qui bascule du samedi… au vendredi après-midi, afin de ne pas se percuter avec le Raid 56 (toujours a programme du TTN en 2015 !) qui partira de Sarzeau le samedi à 16h. L’épreuve reine, le Grand Raid du Morbihan, quant à lui reste positionné le vendredi à 17h au départ de Vannes.

En ce qui concerne les parcours, on reprend globalement les mêmes qu’en 2014. Le grand raid partira donc de Vannes en direction de Locqmariaquer puis traversera la mer pour continuer de Port Navalo en direction de Vannes via Sarzeau. Idem pour le Raid 87 qui partira de Port Crouesty vers Vannes via Sarzeau. Pas de changements non plus pour le Trail 56 et la Ronde des douaniers.

Pour les participants à la Marche Nordique, si le sens et les points de départ-arrivée ne seront pas modifiés, ils emprunteront un parcours différent de celui des autres courses afin de ne pas les perturber.

raid-morbihan-14

Inscriptions :

Les inscriptions seront lancées dès le 22 novembre sur le site de l’Ultra-Marin : Raid Golfe du Morbihan

Mon avis sur la 11ème édition du Raid du Morbihan :

Si le parcours de l’édition 2014 m’avait plutôt bien réussi (6ème au scratch sur le Raid 87), en revanche ce n’est pas la plus belle partie du Tour du Golfe. Très roulant, peu de passages techniques et de long passages dans les terres, loin de la mer…

Les nouveaux horaires (départ le vendredi à 12h) ne sont pas non plus très favorables : courir le vendredi entraîne inévitablement quelques bouleversements dans la gestion de la logistique de l’épreuve, obligeant les concurrents à se rendre disponible le vendredi, mais plus certainement dès le jeudi pour faire le voyage… Un départ à midi signifie également de devoir affronter les heures les plus chaudes de la journée, ce qui dans mon cas peut s’avérer problématique ! Je n’aurais pas non plus le plaisir de profiter des heures de nuit qui faisaient le charme de cette course lors des premières éditions (enfin si tout se passe correctement pour moi !).

Le seul avantage que je vois à ce nouveau programme, c’est peut-être la possibilité pour moi de faire le doublé Raid 87Trail 56 … encore faudrait-il que je puisse être au top de ma forme à ce moment là. Si cette idée me trotte effectivement dans la tête, nous verrons bien dans les prochains mois si je lui donnerai suite ou pas !

P1090476

Rendez-vous est donc pris pour le dernier week-end de juin pour fêter la onzième édition de l’Ultra Marin, en remerciant tout particulièrement Mr Bernard Landrein qui, il y a 11 ans, a eu l’idée un peu folle de lancer cette course autour du Golfe du Morbihan, ainsi qu’aux nombreux bénévoles sans qui ce rêve ne serait jamais devenu réalité.

Toutes les infos du Grand Raid du Morbihan sur le site de l’Ultra Marin 2015

P1080983


Cet article vous a plu ? Faites le connaître : Partagez-le !


Vous pouvez aussi lui attribuer une note... !

1 étoiles2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles6 étoiles7 étoiles8 étoiles9 étoiles10 étoiles (2 votes, average: 8,00 out of 10)
Loading...

Soyez les premiers informés de nos prochains articles :


Autres articles recommandés pour vous :

Raid Morbihan 2014 – La course presque parfaite

Raid du Golfe du Morbihan 2014 – 87 kms

Samedi 28 juin 2014 – Port Crouesty – 9h30

Que de chemin parcouru depuis ce samedi soir de juin 2007 où, pour la première fois, j’osais me lancer dans cette grande aventure qu’est le Raid du Morbihan… Que de souvenirs, d’émotions, de joies, de peines durant toutes ces années.

Ce soir là, pour ma première participation, je finissais à une encourageante 62ème place en 10h23′, ce qui à l’époque était mon meilleur résultat en course à pieds ! Je m’étais alors promis qu’un jour je parviendrai à monter sur le podium de cette course devenue mythique à mes yeux.

L’année dernière en terminant 8ème au scratch et 3ème vétéran, je parvenais à toucher ce rêve du doigt. Je m’étais alors promis de faire encore mieux pour cette 10ème édition. C’est donc avec de grosses ambitions que j’abordais ce raid du Morbihan.

P1090476

Un plateau de haut niveau

Avec en tête d’affiche rien moins que notre champion du monde Erik Clavery et Prosper RANDRIASOALAZA (vainqueur de la 6666) la tâche s’annonçait hardue, d’autant qu’avec quasiment 1200 inscrits les prétendants au podium étaient nombreux. En regardant la liste des favoris, je ne peux que revoir mes ambitions à la baisse et au mieux viser une 5ème place finale.

En 2007, la course était remportée par Stéphane Auvigne en 7h51’14”, sur le même tracé que cette année (dans l’autre sens, et dans des conditions climatiques similaires) devant un certain Frédéric Keryjaouen en 7h52′.  Cette année Erik Clavery l’emporte en 6h45’… et le même Frédéric Keryjaouen terminera seulement 10ème… en 7h58′ !

L’année dernière, nous étions seulement 64 sous la barre des 10 heures, pratiquement 150 cette année. Certes cette partie du parcours est plus roulante que celle empruntée durant les 4 dernières éditions, mais en contrepartie, elle était légèrement plus courte d’environ 3 kms… cela s’équilibre donc.

Quelle progression depuis le temps ! d’années en années, le niveau est de plus en plus relevé et les places de plus en plus chères.

depart-morbihan

Le récit de mon Raid du Morbihan :

C’est avec une préparation courte (3 semaines) mais bien menée que j’aborde cette course, relativement confiant. Ma seule crainte concerne la météo, mais de ce côté je vais être particulièrement gâté. En effet, toujours en délicatesse avec la chaleur, cette pluie qui s’annonce pour une bonne partie de la journée est quasiment pour moi une bénédiction des dieux ! Je suis probablement l’un des seuls à me réjouir de ces conditions, mais je sais que cela devrait me permette de tenir la distance sans trop de problèmes.

C’est donc sous une pluie fine que le départ va être donnée de Port Crouesty ce samedi à 9h30. Malgré la pluie, la température est douce, il n’y a quasiment pas de vent. Je décide donc de partir en t-shirt, sans coupe vent, pour rester au frais. Dès les premiers mètres, les 2 grands favoris prennent le commandement,… et rapidement le large ! Suivis par une étonnante jeune fille malgache qui, chose rare, s’est élancée pieds-nus !

Quelques mètres derrière, je me trouve en 5ème position et boucle le premier kilomètre en 4’08″… bien plus vite que mon plan de route. Je décide alors de ralentir le tempo et de me rapprocher du rythme prévu (aux alentours de 4’45” au km). Je n’hésite pas à marcher dans les escaliers ou dans les rares montées, je laisse aussi filer les autres concurrents. C’est ainsi que je me retrouve aux alentours de la 22-23ème place et boucle les 10 premiers kms en 47’30”.

La pluie est toujours présente, et les chemins se gorgent d’eau, je crains que mes pieds ne souffrent, mais ils supportent bien l’outrage (je n’aurai pas la moindre ampoule à l’arrivée !). Petit à petit je reviens progressivement sur les imprudents partis trop vite, c’est ainsi qu’aux environs du 15ème km je reviens 16ème ou 17ème.

L’instant où tout bascule

Peu avant le premier ravitaillement de Porh Nézé, je ne vois pas une balise (absente, masquée, ou distraction de ma part ?…) et poursuis le long du chemin côtier alors qu’il fallait bifurquer sur la droite. Le concurrent derrière moi tente de me prévenir, mais persuadé d’être sur la bonne route, je n’en tiens pas compte, d’autant que je rejoins rapidement quelques coureurs du grand raid qui ont fait la même erreur que moi. Je poursuis ainsi ma route, persuadé d’être dans la bonne direction, mais ne voyant plus de balises, le doute s’installe.

J’hésite quelques instants entre faire demi-tour et poursuivre… je décide de poursuivre, et par chance au bout de quelques centaines de mètres je rejoins le parcours. Mais le mal est fait, j’ai manqué le point de ravitaillement, je n’ai alors d’autre choix que de faire demi-tour et remonter le chemin en sens inverse, croisant ainsi de nombreux concurrents…qu’il me faudra ensuite rattraper !

Et comme si cela ne suffisait pas, la pluie se fait de plus en plus intense. Je passe le point de contrôle, me ravitaille rapidement, et reprend ma route, dans le bon sens cette fois ! J’estime alors le temps perdu à environ une dizaine de minutes (au bout du compte cela fera exactement 9 minutes).

Une autre course commence

Même si la course est encore longue, je peux d’ores et déjà faire une croix sur mes ambitions. Néanmoins, je refuse d’admettre l’éventualité de la défaite. Ma course prend alors une toute autre tournure, je ne peux plus me contenter de suivre mon plan de marche. Si je veux tenter de rattraper le temps perdu, je n’ai d’autres choix que de prendre des risques.

Au risque de me cramer, je repars sur un rythme plus soutenu et passé les quelques minutes nécessaires à me remettre dans la course et à laisser derrière moi ma déception, je me lance dans une folle remontée.

Pointé 48ème à Porh Nézé, je n’ai d’autre choix que de me lancer dans une grande course poursuite contre le temps et les autres concurrents.

C’est animé d’une rage et d’une nouvelle détermination que j’aborde la suite des événements, je ne le saurai sans doute jamais, mais il est fort probable que cet incident me sera finalement bénéfique et m’aura donné le surcroît de volonté nécessaire pour me dépasser.

J’ai l’impression de revenir 20 ans en arrière, à l’époque ou je courrais en karting, je n’étais jamais aussi fort que dans l’adversité et lorsque, partant dernier, je devais remonter tout un peloton pour m’imposer.

P1100682

A la recherche du temps perdu…

Avec cet bévue, ma course a pris une toute autre physionomie et même si je fais de mon mieux pour ne pas m’emballer, je cours sur un rythme bien supérieur à ce que j’avais planifié au début. Est-ce la poussée d’adrénaline engendrée par cette mésaventure, ou bien la pression du résultat qui s’est envolée…? mais la fatigue n’a plus d’emprise sur moi, je me surprend par moment à tourner dans le même rythme qu’en début de course, sans pour autant avoir l’impression de forcer.

De gestionnaire que j’étais en début de course, j’endosse alors le rôle de chasseur. Jusqu’à l’arrivée, je ne ferai que rattraper du monde, aucun concurrent ne me doublera de toute la course.

Un à un je rattrape les coureurs qui me précèdent, parfois je rattrape des petits groupes, parfois je reste de longues minutes sans voir personne hormis quelques coureurs du 177.

La pluie, toujours présente, commence à se faire plus fine, comme si l’orage était passé. Arrivé à Sarzeau, je pointe au 26ème rang. J’ai déjà repris 22 places. Un arrêt éclair, juste pour refaire le plein et je repars de plus belle.

Entre Sarzeau et l’arrivée, seuls Erik Clavery et Mickael Hemon seront plus rapides que moi, reprenant au minimum 7 minutes au plus rapide des autres ! En 57 kms je ne laisserai que 23′ à Mr Clavery… excusez du peu !

Toujours dans un rythme proche des 12 km/h de moyenne, je  franchirai la barre du marathon en 3h31′ et poursuis ma remontée. Je suis moi-même surpris de l’aisance avec laquelle je rattrape et dépose aussi vite les autres coureurs qui eux semblent commencer à souffrir un peu. Pour me distraire, j’essaie de profiter des magnifiques vues sur les marais, sur le golfe que nous offrent par moment les sentiers traversés.

Après un petit passage présentant quelques racines puis un autre un peu marécageux, nous quittons, provisoirement, les berges pour nous diriger un peu plus vers l’intérieur des terres en direction de Noyalo. Cette partie du parcours est beaucoup moins féérique que les chemins côtiers, ils sont aussi nettement moins techniques et très roulant. Cela me permet de relâcher un peu la vigilance et aussi de faire quelques pointes de vitesse à 13 km/h !

Ma remontée se poursuit, je pointe au 11ème rang à Noyalo, bientôt les portes du top 10 ! Arrivé juste derrière 2 coureurs, je repars devant eux après un ravitaillement éclair. Nous en sommes à environ 4h30 de course et il reste 36 kms à parcourir. Un bref calcul me dit qu’en terminant à 10 km/h je rentrerai en moins de 8 heures !

Mais serais-je capable de tenir ce rythme jusqu’au bout ? Ne vais-je pas avoir un coup de pompe et finir, comme souvent, au ralenti ? La pluie a cessé et même si le soleil est toujours caché derrière les nuages, je commence à ressentir quelque peu de chaleur.

Il me faut alors gérer mon hydratation et alimentation au mieux pour éviter l’écoeurement qui me serait sans doute fatal. Je ne bois plus que par toutes petites gorgées et m’asperge régulièrement d’eau pour ne pas trop monter en température. Je suis encore du bon côté de la barrière, mais je sais que la moindre erreur pourrait tout faire basculer.

Malgré tout, à ma grande surprise, je maintiens toujours un rythme élevé, et tourne régulièrement aux alentours de 5’15 au km, parfois je vais un peu plus vite, et parfois un peu moins lorsqu’il y a une petite montée… Dans tous les cas, je suis nettement au dessus du minimum nécessaire pour rentrer en moins de 8 heures.

Tout doucement, je commence à y croire, d’autant que je rattrape un nouveau coureur, à qui je propose de m’emboîter le pas, mais qui, pris par la fatigue, décline mon invitation.

Tout ce qui est prit n’est plus à prendre… tant que cela ne m’oblige pas à forcer, je maintiens une allure constante, toujours entre 5’15 et 5’30 au km, cela me permet de conforter mon avance sur cette barrière symbolique des 8 heures.

Séné, Stade du Derf, dernier point de ravitaillement, et me voilà donc 8ème. Je me dis alors que la perf de l’an passée est égalée et ce malgré mes péripéties, je suis prêt à m’en contenter et focalise toute mon attention sur mon rythme. Je suis alors persuadé que les précédents sont loin devant, mais quelques kilomètres plus loin, un signaleur m’informe que le coureur qui me précède est à peine 2-3 minutes devant et qu’il n’est pas au mieux.

Mon instinct de chasseur reprend alors le dessus et je pousse la bête dans ses derniers retranchements, il reste environ 12 kms lorsque je passe à Port Anna, où la vue est grandiose.

Les chemins sont désormais beaucoup plus larges, ne présentent aucune difficultés, hormis les quelques bosses et la longueur des lignes droites qui semblent interminables. Je poursuis mon effort et fini par rattraper le coureur qui me précédait, en quelques centaines de mètres, je le dépose littéralement. Mais pas le temps de m’endormir sur mes lauriers car à peine plus loin un autre signaleur m’indique une nouvelle proie.

Il ne reste alors que 6 kilomètres, il ne va donc pas falloir traîner pour le rattraper. Je lance mes dernières forces dans la bataille, je me faufile temps bien que mal entre les nombreux marcheurs nordiques qui inondent le parcours.

Je viens de boucler mon deuxième marathon de la journée… en 3h47 environ !

Alors que je devrais compter les kilomètres qui passent comme l’approche de la libération, c’est tout le contraire, car malgré tous mes efforts les kilomètres passent inexorablement et je n’ai toujours pas de visuel sur ma proie.

Nous approchons des 3 derniers kilomètres lorsque je l’aperçois enfin. Il doit avoir environ 200 mètres d’avance. Vais-je parvenir à revenir à temps ? Lui aussi bataille avec les très (trop) nombreux randonneurs qui sont sur le chemin. Moi aussi je dois me frayer un chemin au milieu de cette nuée de randonneurs et de bâtons, au risque même de me retrouver dans l’eau !

Je fais la jonction à environ 1800 mètres de l’arrivée, dans un bref échange, il m’indique qu’il est cuit, qu’il n’a plus d’eau depuis de nombreux kilomètres. Info ou intox ? Je préfère ne pas prendre de risque et relance une nouvelle fois l’allure alors que nous abordons les quais. Un bref coup d’oeil pour constater qu’effectivement il ne suit pas, mais je ne relâche pas la pression pour autant et file à pratiquement 12km/h sur ce quai, annonciateur de la libération !

raid-morbihan-14

Mission accomplie

Au niveau de la passerelle, il ne reste plus que 500 mètres, j’en remet une dernière couche, dès fois que dans le flot de coureurs et de marcheurs qui se trouvent devant moi il y ait encore une petite place à gratter !

Je franchi finalement la ligne en 7h50’16” en 6ème position au scratch et 4ème vétéran ! Malgré tout, je nourris quelques regrets, car le 5ème est à peine 3 minutes devant moi et le 4ème 6 minutes… Qu’en aurait-il été sans mon erreur de parcours qui me coûte 9 minutes ?

Néanmoins, je peux être fier de moi, fier d’avoir franchi cette barrière à laquelle j’osais à peine rêver, fier d’avoir probablement réalisé aujourd’hui la meilleure course de ma modeste carrière. Je gagne plus d’une heure par rapport à l’année dernière ainsi que 2 places de mieux au scratch, ce qui est d’autant plus méritoire que l’épreuve comptait 30% de concurrents supplémentaires par rapport à l’an dernier.

Ma performance du jour est d’autant plus symbolique pour moi qu’en remontant 7 ans en arrière et ma première participation au raid, avec le chrono que j’ai réalisé aujourd’hui, j’aurais tout simplement remporté la course ! Et même si cette comparaison n’est bien sûr pas significative, j’ai quand même le sentiment d’avoir accompli, du moins partiellement, le rêve fou que je m’étais donné en 2007.

A moi de continuer à travailler et progresser pour me rapprocher encore un peu plus de ce rêve totalement fou….

resultats-morbihan-14

Les résultats du Raid du Morbihan 2014 :

Retrouvez tous les résultats du Grand raid, raid, trail 56, ronde des douaniers et marche nordique sur le lien suivant :

résultats Raid du Morbihan 2014

résultats complets et points de passage du raid du Morbihan 2014

 


Cet article vous a plu ? Faites le connaître : Partagez-le !


Vous pouvez aussi lui attribuer une note... !

1 étoiles2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles6 étoiles7 étoiles8 étoiles9 étoiles10 étoiles (2 votes, average: 10,00 out of 10)
Loading...

Soyez les premiers informés de nos prochains articles :


Autres articles recommandés pour vous :

Raid du Morbihan… là où (presque) tout a commencé… !

Mon histoire d’amour avec le Raid du Morbihan

morbihan-02C’est en 2005 que j’ai découvert l’existence du Raid du Morbihan qui pour moi représentait à l’époque un défi totalement fou, hors normes. C’est vrai qu’à cette époque je n’y connaissait pas grand chose au petit monde du Trail.

Jusque là mon expérience du trail était limitée au trail 91, dans l’Essonne auquel j’avais participé 2 ans plus tôt en 2004. Sans aucune préparation, j’en suis venu difficilement à bout des 91 kms de l’épreuve en un peu moins de 12 heures.

Mais le mal était fait, j’étais contaminé ! Si je n’oserais pas franchir le pas en 2005 ni en 2006, ça sera bel et bien pour 2007 où je participerai à mon premier raid du Morbihan. Dès lors cette course deviendra le point culminant de ma saison sportive pour les années qui suivirent. Je n’ai ensuite manqué aucune des éditions suivantes et en suis donc aujourd’hui à 6 participations sur les 8 éditions disputées.

2007 : C’est sans grande expérience et avec une préparation des plus aléatoires que je m’élance de Vannes ce samedi de juin sur les magnifiques chemins du Golfe du Morbihan pour mon premier Raid. Mais la motivation, la curiosité et l’esprit d’aventurier me donnent le courage nécessaire pour affronter cette épreuve. Pour cette première, je décide de partir très prudemment, je n’hésites pas à marcher dès que le chemin s’élève un peu afin d’économiser mes forces. Le temps n’est pas de la partie, il pleuvra plus ou moins pendant toute la durée de l’épreuve, dès la tombée de la nuit, les températures deviendront plus que fraîches pour la saison, à peine 10 degrés. L’affaire promettait d’être difficile, et elle le sera ! Mais jamais je ne lâcherai, malgré les crampes en fin de parcours, malgré la boue, le froid, les marches, les racines, les maux de ventre,… A chaque ravitaillement je prends le temps de me changer de la tête aux pieds avant de repartir à l’assaut des chemins. Au bout d’un peu plus de 10H20 j’aperçois enfin la ligne d’arrivée dans le port du Crouesty et ressens une émotion incroyable, celle d’avoir réussi ce défi un peu fou.

Pour ma première participation, je terminerai l’épreuve en 62ème position, sur environ 600 participants. Dès lors, je me prends à rêver, à imaginer qu’un jour je pourrai peut-être remporter cette course, ou tout au moins monter sur le podium (au moins dans ma catégorie, ce qui est peut-être plus réaliste…).

C’est donc le début d’une grande histoire d’amour avec cette course, mes saisons suivantes seront axées autour du Raid du Morbihan et de mon rêve fou après lequel je cours maintenant depuis quelques années…

2008 : Pour ma deuxième participation au Raid du Morbihan, je suis bien décidé à descendre sous la barrière symbolique des 10 heures et à améliorer mon classement par rapport à l’année précédente. Cette année, pas de soucis avec le temps qui sera clément tout au long de l’épreuve. Fort de l’expérience acquise l’année précédente je gère mieux ma course, perds moins de temps au ravitaillements, tout en profitant du paysage majestueux du Golfe. Je ferai les 20 derniers kilomètres en compagnie de 2 autres coureurs chacun se relayant jusqu’au dernier kilomètre. Je pensais alors que nous finirions tous les 3 ensemble, mais le plus jeune de mes compagnons, alors qu’il n’avait pratiquement pris aucun relais durant notre échappée, tenta de partir en sprint, mais dans un dernier souffle, je me lançais à sa poursuite, le dépassais à quelques centaines de mètres de l’arrivée et résistait de justesse à son contre. Mais l’essentiel était fait, je termine 38ème en 9h53′ : mission accomplie !

2009 : Cette édition sera la dernière à s’élancer de Vannes en direction de Port Crouesty. En manque de préparation à cause d’une petite blessure durant le mois de mai, c’est sans quasiment aucun entrainement que je me présente au départ, accompagné cette année par mon pote Jean Noël dont c’était le premier trail. Ne me sentant pas en mesure de faire un résultat, je décide de faire la course avec lui. Cela sera l’un de mes pires souvenirs de course à pied. Dans la première partie de la course, c’est moi qui donnerai le tempo, mais nettement en dessous de mon rythme habituel je finirai par perdre pied. Difficile pour moi de me motiver alors que tous mes objectifs de chrono sont évaporés. Dans la seconde partie du parcours, les rôles seront inversés, tellement hors sujet, c’est finalement Jean Noël qui me traînera jusqu’à l’arrivée !! Nous finirons à une anonyme 185ème place en plus de 12h19′, à des années lumière de mes objectifs.

2010 : Nouveau parcours, nouveau défi, désormais le départ sera donné à Locmariaquer pour une arrivée à Vannes. La boucle est ainsi bouclée puisque cela me permettra de parcourir l’autre partie du Grand Raid. Plus motivé que jamais, je dois néanmoins faire face à la chaleur qui est assez étouffante en cette fin juin. Désormais bien rodé à la pratique de cet exercice, mon début de course se passe pour le mieux. Je fais bien attention à ne pas passer en sur-régime pour ne pas défaillir, mais malgré tous mes efforts, je connaîtrais un grand passage à vide aux alentours du 60ème kilomètre. Pour la première fois de ma vie, je vomirai en course, au bord de la déshydratation et du découragement, je ne devrais mon salut qu’à mon assistance qui me bottera les fesses pour continuer !! Une fois cette mauvaise passe effacée, je parviendrais même à reprendre un bon rythme pour finir en trombe les derniers kilomètres vers le port de Vannes pour terminer à une belle 32ème place en 10h26

morbihan-032011 : Le plus cuisant de mes échecs et mon premier, et encore unique à ce jour, abandon en course à pieds ! Pourtant, tout se présentait bien, même trop bien.Pour la première fois, mes enfants avaient pu m’accompagner pour me suivre durant l’épreuve. J’avais à coeur de leur montrer ce dont j’étais capable et de franchir la ligne d’arrivée avec eux. Mais c’était sans compter sur un excès d’optimisme, une chaleur insoutenable et une fin en eau de boudin !! Galvanisé par la présence de mes enfants, je partirai trop vite sous le cagnard et dès le 20ème kilomètre je commencerai à avoir des signes de faiblesse, réduisant l’allure je parviens à rejoindre le ravitaillement du 45ème kilomètre. Mais par cause d’un manque d’hydratation, je commence à vaciller, à avoir des vertiges. J’essaie d’avaler une soupe pour me requinquer… ça sera la dernière soupe de ma vie !! elle ne restera que 30 secondes avant de repartir !! Malgré tout je repars, en marchant, en espérant que cette mauvaise passe ne durera pas. Plus question de place ou de résultat, juste essayer d’arriver, mais à chaque fois que j’essaierai d’avaler un quelconque liquide, il repartira aussitôt. Je dois me rendre à l’évidence, je n’y arriverai pas. Mes enfants m’attendent au ravitaillement suivant aux environ du 60ème kilomètre. Sur l’autre rive, je les aperçois et échange avec eux quelques signaux lumineux. Mais le chemin fait de nombreux détours, je mettrai plus d’une heure pour parcourir les 4-5 km qui me séparent d’eux. Une fois sur place, je m’écroule, malgré leurs encouragements et leur incompréhension de ma situation, je ne peux plus continuer. C’est fini, je n’irai pas plus loin : je ne verrai pas l’arrivée, et ne pourrai pas la franchir avec eux. Ma déception est immense et je n’ai qu’une envie : tout arrêter, laisser tomber mes rêves et la course à pieds !!

morbihan-062012 : La revanche ! Je vous invite à lire mon article sur le Raid du Morbihan 2012 pour le récit complet de ma course. C’est avec un esprit de revanche et avec l’obsession de franchir la ligne d’arrivée avec mes loulous que j’aborde cette édition 2012. J’ai bien tiré les leçons de l’échec de 2011 et suis bien décidé à ne  pas me faire avoir cette fois-ci. Tout ira bien jusqu’aux environ du 50ème km, où un bretzel avalé de travers à bien failli tout faire capoter ! Ce fameux bretzel ne resta pas bien longtemps ! Me voilà dans la situation de revivre le cauchemar de l’année précédente. Mais il n’en est pas question ! Je surmonterai cette embûche et parviendrais, malgré une fin de course difficile, à remplir mon objectif : Je franchirai la ligne avec mes enfants, en explosant mon record sur l’épreuve en 8h51’39” à la 19ème place !!

2013 : L’histoire est encore à écrire, et rien n’est joué d’avance, mais au vu de mes récents résultats, je nourri de grands espoirs pour cette course, et j’espère bien battre une nouvelle fois mon record, et qui sais me rapprocher encore un peu plus de mon rêve…

Rendez-vous le samedi 29 juin pour la suite de l’histoire…


Cet article vous a plu ? Faites le connaître : Partagez-le !


Vous pouvez aussi lui attribuer une note... !

1 étoiles2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles6 étoiles7 étoiles8 étoiles9 étoiles10 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Soyez les premiers informés de nos prochains articles :


Autres articles recommandés pour vous :