Archives par mot-clé : écotrail paris

Simulateur calcul trail de l’Améthyste

Simulation calcul trail de l’améthyste

Rendez-vous dimanche 07 mai à Sauxillanges pour le trail de l’améthyste.

Vous pouvez calculer vos temps de passage grâce au simulateur ci-dessous.

Votre simulation de calcul pour le trail de l’améthyste :

Complétez les champs suivants :

Allure de base (min:sec/km) Min. Sec.
Correction d’allure
Bonus allure initial (min:sec/km) Min. Sec.
Perte allure finale (min:sec/km) Min. Sec.
Apréhension du dénivelé
Aptitude de grimpeur

compris entre : 0.85 (très bon) / 1 (standard) / 1.15 (très mauvais)

Aptitude de descendeur

compris entre : 0.85 (très bon) / 1 (standard) / 1.15 (très mauvais)



Le parcours en détails

Comment utiliser le simulateur trail ?

Toutes les informations utiles pour compléter le tableau et obtenir votre feuille de route sont ici :

Guide utilisateur du simulateur trail

calculateur d’allure

Calcul VMA, Indice d’Endurance 

Liste des autres parcours disponibles

 

Des questions, suggérer un nouveau parcours ?

N’hésitez pas à me faire part de vos interrogations, remarques et à me contacter pour la mise en ligne de nouveau parcours.


Cet article vous a plu ? Faites le connaître : Partagez-le !


Vous pouvez aussi lui attribuer une note... !

1 étoiles2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles6 étoiles7 étoiles8 étoiles9 étoiles10 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Soyez les premiers informés de nos prochains articles :


Autres articles recommandés pour vous :

Ecotrail Paris 2017 : Le devoir accompli

10ème Ecotrail de Paris – 2017

Samedi 18 mars 2017 – Saint-Quentin-en-Yvelines – 12h15

Ce n’est un secret pour personne, l’écotrail n’est pas, et de loin, ma course préférée, et c’est un peu par obligation que j’y reviens cette année (après y avoir échappé l’an dernier !). Malgré tout cela reste une belle course, difficile et avec un plateau toujours très relevé. Mes 2 dernières tentatives s’étaient soldées par de jolis échecs, j’avais donc encore plus à coeur de faire une belle course.

Si le parcours n’offre aucune difficulté technique, et globalement peu de dénivelé, il est malgré tout difficile d’y être performant, tant la gestion de course présente une importance capitale, surtout avec une première partie quasiment plate où il faut bien évidemment éviter de s’enflammer !

Une fois n’est pas coutume, ma préparation hivernale s’est globalement bien déroulée, et c’est quasiment prêt que j’abordais la dernière semaine avant la course. C’est après que les choses se sont, un peu, compliquées ! Tout d’abord lundi, avec une petite séance de piste un peu trop intense qui me laisse en prime 2 joyeuses contractures aux mollets… Plutôt ballot à quelques jours de l’objectif de se retrouver à boiter comme un canard pendant toute la semaine !

Heureusement, à force de patience, de massages, de glaçage et d’une petite séance de Life+ à la remise des dossards, me permettront, du moins en surface, de récupérer de ces contractures et d’être en état de marche pour la course.

Mais tout ceci aurait été encore trop facile s’il n’y avait eu ce vilain petit rhume qui pointa le bout de son museau vendredi matin, pour s’installer progressivement à domicile !!

Il en faudrait plus pour venir à bout de ma motivation et de ma détermination, comme souvent, faudra faire avec les moyens du bord et tout donner pour atteindre les objectifs et faire la meilleure course possible.

La course : l’Ecotrail de Paris 2017

C’est un temps frais, légèrement venteux et un peu humide qui s’offre à nous en cette fin de matinée sur la base de loisirs de Saint-Quentin. Un temps finalement idéal pour courir, sans trop de chaleur qui devrait  être propice aux performances !

Le départ : sur les chapeaux de roue !

Comme toujours, j’ai beau me dire qu’il faut partir doucement, qu’il faut gérer les premiers km avant de mettre la machine en route, rien n’y fait ! Je passe le 1er km en 3’53” (avec pourtant le sentiment de me traîner !) puis les suivants s’enchaînent aux alentours des 15 km/h ! Bien plus vite que ce qui était prévu, mais je suis en totale aisance… A ce moment là je me trouve dans le deuxième groupe, calé dans les baskets de Damien Vierdet… Je me dis alors que ça va trop vite, et c’est un peu à contre-coeur que je me décide à laisser filer ce groupe…. et réduire mon allure aux environ de 14-14,5 km/h. C’est encore rapide, mais un peu plus raisonnable tout de même.

Les km défilent à vitesse grand V, je passe aux 10km en 41’50” environ… et continue ma folle chevauchée, le tout en totale aisance musculaire et respiratoire, tous les voyants sont au vert. Je me dis que je commencerai à ralentir lorsque nous aborderons les premières petites bosses du parcours.

Un premier semi de folie !

Jamais sur une course aussi longue je n’avais osé partir aussi vite, jamais je n’aurai imaginé bouclé un premier semi en tout juste 1h30… sur une course de pratiquement 80 km !

Et pourtant, je l’ai fait, quasiment même sans m’en rendre compte, sans forcer, sans puiser outre mesure dans les réserves… mais ne vais-je pas le payer plus tard ? C’est la question que je me suis posé, d’autant que passé l’heure de jeu, mes contractures aux mollets on commencé, tout doucement mais sûrement à se réveiller !

Cependant, pas trop le temps de tergiverser que me voilà déjà au premier ravito, le temps de remplir ma gourde, avaler un tuc et de repartir tranquillement.

Le début des choses sérieuses

C’est après ce premier ravitaillement à Buc que nous entrons dans le vif du sujet, tout ce qui s’est passé avant était de l’ordre de l’échauffement. Nous allons aborder maintenant une successions de butes, plus ou moins raides qu’il faudra grimper puis redescendre…. bref le début des montagnes russes !

Bien sûr ces petites côtes n’ont rien d’extrême et se limitent à quelques centaines de mètres à chaque fois, mais elles font bien mal aux jambes quand-même. Si lorsque la pente n’est pas trop raide j’essaie de poursuivre en courant, je n’hésite pas à marcher dès que cela semble le plus efficace. Il faut penser à préserver sa monture ! La route est encore longue, très longue !

Bien évidemment le rythme a fortement chuté, mais je continue à prendre de l’avance sur mon plan de marche, ce qui est très positif, surtout que les côtes passent bien. Au fil des km je commence ma remontée dans le classement, rattrapant au fur et à mesure de nombreux coureurs… une motivation supplémentaire, surtout après un tel début de course !

Passage au marathon

Décidément, c’est la course de tous les records ! Car si le deuxième semi se révèle bien moins favorable que le premier, je parviens néanmoins à passer le marathon en 3h21’30” environ ! Là non plus, jamais je n’ai réalisé une telle perf lors d’une course de cette distance, avec maintenant quasiment 750m de D+ au compteur !

Nous voilà déjà à l’observatoire de Meudon et au second point de ravitaillement. De 38ème à Buc me voilà maintenant 28ème ! Une belle remontée.

L’heure de vérité

L’observatoire de Meudon est à l’écotrail ce qu’est le 30ème km au marathon ! Un point crucial où tout peut basculer, dans un sens ou dans un autre. Et j’en sais quelque chose ! Dans les éditions précédentes, c’est à ce moment là où j’ai commencé à perdre pied et où ma course a basculé dans le néant !

Je suis donc plus que méfiant et vigilent, je ne m’enflamme pas, car les prochains km vont être déterminants !

Et j’ai raison de me méfier ! Car si je parviens malgré tout à rattraper un premier coureur, je sens les premiers signes de fatigue et de faiblesse. Sur cette portion, pourtant quasiment plane, sans difficultés, j’ai toutes les peines du monde à me maintenir à 11 km/h ! Les premiers doutes font leur apparition. Et si tout allait recommencer comme les fois précédentes ?

Plutôt que de m’énerver, je décide de mettre ce petit moment à profit pour essayer de souffler un peu, de me relaxer… pas facile d’autant que mes mollets commencent à me chatouiller de plus en plus et que tout doucement un petit point de côté commence gentiment à apparaître !

Sur ce type de course, il est inévitable de rencontrer, à un moment ou un autre, un passage à vide, un instant plus ou moins long où l’envie de s’arrêter pointe à l’horizon. Mais au lieu de s’énerver, de s’inquiéter, il faut juste l’accepter, et attendre que cela passe… car si si je vous l’assure, ça fini par passer !

La relance

Mon salut viendra finalement de la côte suivante, ce changement de rythme salvateur qui me permettra, dans un premier temps de reprendre mon souffle, et dans un second de retrouver une allure correcte grâce à la descente qui s’en suivi !

Avant de pouvoir se relancer dans la côte suivante, plus motivé encore en apercevant un petit groupe de coureurs, à peine une ou deux minutes devant moi. De quoi me faire oublier toutes mes petites misères et me remotiver à bloc !

Et c’est comme ça, l’air de rien que j’atteint le 60ème km ! en un peu plus de 5h10 (et oui la moyenne est bien retombée !) Il reste maintenant moins de 20 km à parcourir et chaque km qui passe me rapproche un peu plus de l’arrivée ! (jolie lapalissade au passage !)

Le parc de Saint-Cloud

Au 63ème km me voilà à l’entrée du Parc de Saint-Cloud. Heureusement que je ne comptais pas dessus, car le sois-disant ravito qui devait se trouver à l’entrée du parc… n’existe pas !! mais peu m’importe. Je sais qu’il me reste encore quelques petites montées au travers du parc avant d’aborder la descente vers Paris.

Peu avant le dernier point de ravito, je frise la correctionnelle !! Erreur de balisage, excès de confiance, habitude, inadvertance ? Je ne sais pas mais toujours est-il que je me trompe de chemin !! Pensant être sur la bonne route, je poursuis malgré l’absence de balisage jusqu’au prochain grand carrefour… où évidemment il n’y a rien !! Après quelques instants d’hésitations, je questionne un passant qui me montre au loin les tentes de ravitaillement ! Je suis sauvé… mais combien de temps ai-je perdu dans l’aventure ? ai-je rallongé mon parcours ? Je l’ignore totalement !

J’ai peur que cette bévue ne me coûte cher ! Quel dommage après une si belle course ! Je ne le sais pas encore, mais j’ai eu de la chance dans mon malheur, car non content d’avoir retrouvé rapidement le bon chemin, il s’avère que je n’ai parcouru beaucoup de distance en trop, ma perte se limitant ainsi à ces quelques secondes d’arrêt à chercher ma route !

Le couteau entre les dents

Finalement cet incident fût plutôt positif, car après un bref arrêt au ravitaillement pour me rafraîchir (je n’arrive quasiment plus à boire, tant l’eau proposée au ravito est dégueulasse (ils ont dû la puiser directement dans la Seine !! au prix où l’on paye l’inscription, ils auraient au moins pu se fendre d’un peu d’eau minérale !!).

Malgré mon point de côté qui me fait souffrir en descente à cause des chocs, mes mollets de plus en plus durs… je me lance dans une folle course-poursuite pour essayer de rattraper le temps que je crois perdu !

En à peine le temps de le dire, me voilà sur les quais de Seine ! Maintenant c’est tout plat (enfin c’est ce que je croyais)…. avant le petit crochet par la côte des Gardes (juste histoire de se manger une dernière petite côte !)

Là je me fais rattraper et déposer par un coureur venu de nulle part, tellement frais que cela en paraît suspect… mais bon, ça doit être moi qui ne le suis plus vraiment… frais !

Je ne me laisse pas abattre pour autant, je grimpe cette ultime côte en marchant, de toutes façons je ne vois pas comment je pourrais faire autrement !

Une fois basculé dans la descente, je relance la machine. Il reste à peine plus de 6 km avant la Tour ! Je donne tout ce que j’ai : pas question de voir un autre coureur revenir de l’arrière !

Un rythme de fou ! enfin en toute relativité bien sûr ! Je fini le parcours entre 12 et 12,5 km/h !! J’ai presque l’impression de voler (ahh les hallucinations !!) D’autant qu’au loin j’aperçois 2 coureurs !! qui sont à moins de 2 minutes devant moi !

La course Poursuite

Il reste moins de 5 km à parcourir, serais-je capable de combler mon retard en si peu de temps ? Je ne me pose guère la question et jette toutes mes forces dans la batailles.

Petit à petit je reviens… tout doucement ! A l’abord de l’Ile aux Cignes… je ne suis plus qu’à une quarantaine de seconde du coureur qui me précède !

J’essaie de me rapprocher encore, mais constate que l’écart à combler est trop important alors qu’il ne reste guère plus d’un km, d’autant que lui aussi semble augmenter la cadence ! C’est peine perdue, je n’y arriverai pas et dois me résigner. Je décide alors de profiter de ces derniers instants de course. Me voilà maintenant près du Pont d’Iéna et de cet ultime escalier avant la Tour.

Péline et mes enfants sont là pour m’accueillir et m’encourager. Je prend le temps de leur faire un petit signe avant de poursuivre mon chemin vers la grande dame de Fer.

Au abords de la Tour, il est difficile de se frayer un chemin tant il y a de monde, un dernier petit détour par derrière et me voilà au pied de ces fameux escaliers.

L’ascension de la Tour

J’aborde la montée sur un rythme d’enfer, montant les marches 2 par 2. Mais au bout d’une centaine de marches, n’ayant plus personne ni devant ni derrière, je relâche complètement mon effort… ma progression se fait plus lente, je vascille un peu et la fin de la montée me semble à la fois interminable et magnifique à la fois !

Dans un dernier petit effort j’atteints le 1er étage de la grande dame ! Encore quelques mètres et voici la ligne d’arrivée !!! Je la franchie en 6h48’55″… à la 20ème place au scratch ! A pile 1h de Manu Gault, une nouvelle fois vainqueur de la course !

Contrat rempli

En venant ici, je m’étais fixé pour objectif de terminer entre 15 et 20… et en moins de 7h :

La mission est remplie, bon certes au minimum… mais quand on sait que le 14ème est à peine 5 toutes petites minutes devant, je peux me dire que le boulot a été fait et bien fait … et ceci malgré mes petites mésaventures d’avant course !

D’ailleurs, mes mollets ne tardent pas à me rappeler à l’ordre…. et c’est avec la plus grande difficulté que je vais rejoindre, au grand ralenti, les vestiaires pour récupérer mes affaires. Un petit passage dans les mains de la sympathique équipe de Life+ me redonnera juste ce qu’il faut de vigueur dans les mollets pour rentrer chez moi dans un état pas trop pitoyable

Un grand merci à Péline et à mes deux petits monstres qui m’ont déposés au départ le matin et sont venus m’accueillir à l’arrivée.

La saison 2017 est maintenant lancée, la suite au prochain épisode !


Cet article vous a plu ? Faites le connaître : Partagez-le !


Vous pouvez aussi lui attribuer une note... !

1 étoiles2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles6 étoiles7 étoiles8 étoiles9 étoiles10 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Soyez les premiers informés de nos prochains articles :


Autres articles recommandés pour vous :

Simulateur de calcul Ecotrail Paris 2017

Calcul Ecotrail de Paris – 80 km 

Saint Quentin en Yvelines – 18 mars 2017 – 12h00

Cette année l’écotrail de Paris fête ses 10 ans ! Une classique incontournable pour tous les traileurs de la région parisienne !

Un parcours très roulant (trop peut-être aux yeux de certains) mais qui offre l’avantage d’être essentiellement en forêt (hormis le final, bien sûr !).

Quasiment aucun changement par rapport à l’an dernier, si ce n’est quelques petites modifications mineures, notamment au niveau des berges de la Seine que nous longerons cette année jusqu’au pied de la mythique Tour Eiffel !

Après une année d’abstinence, j’aurais le plaisir de vous retrouver au départ et à l’arrivée de ce magnifique événement. Bonne course à vous tous !

L’écotrail de Paris en détails :

Comme tous les ans, rendez-vous est pris sur la base de loisirs de Saint-Quentin-en-Yvelines ce samedi 18 mars à midi pour le départ de cette grande aventure !

simulateur-trail

Votre feuille de route pour l’écotrail de Paris 2017

Complétez les champs suivants :

Allure de base (min:sec/km) Min. Sec.
Correction d’allure
Bonus allure initial (min:sec/km) Min. Sec.
Perte allure finale (min:sec/km) Min. Sec.
Apréhension du dénivelé
Aptitude de grimpeur

compris entre : 0.85 (très bon) / 1 (standard) / 1.15 (très mauvais)

Aptitude de descendeur

compris entre : 0.85 (très bon) / 1 (standard) / 1.15 (très mauvais)



Le parcours en détails

Comment utiliser le simulateur trail ?

Toutes les informations utiles pour compléter le tableau et obtenir votre feuille de route sont ici :

Guide utilisateur du simulateur trail

calculateur d’allure

Calcul VMA, Indice d’Endurance 

Liste des autres parcours disponibles

 

Des questions, suggérer un nouveau parcours ?

N’hésitez pas à me faire part de vos interrogations, remarques et à me contacter pour la mise en ligne de nouveau parcours.


Cet article vous a plu ? Faites le connaître : Partagez-le !


Vous pouvez aussi lui attribuer une note... !

1 étoiles2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles6 étoiles7 étoiles8 étoiles9 étoiles10 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Soyez les premiers informés de nos prochains articles :


Autres articles recommandés pour vous :

Simulation calcul Verticausse 2016

Calcul roadbook Verticausse – 08 mai 2016

Voilà une belle course, musclée et tonique, idéale pour ceux qui souhaitent se préparer aux Templiers et venir découvrir la beauté et la rudesse des Causses et du Larzac.

Les cuissots souffriront à souhait, aussi bien dans les montées que les descentes qui seront elles aussi bien raides !

Vous profiterez également de vues magnifiques sur les Causses, le plateau du Larzac… sans oublier l’imposant et majestueux viaduc de Millau !

Bon courage à vous tous et retrouvons nous au départ où à l’arrivée de cette belle épopée !

simulateur-trail

Votre feuille de route pour la Verticausse 2016

Complétez les champs suivants :

Allure de base (min:sec/km) Min. Sec.
Correction d’allure
Bonus allure initial (min:sec/km) Min. Sec.
Perte allure finale (min:sec/km) Min. Sec.
Apréhension du dénivelé
Aptitude de grimpeur

compris entre : 0.85 (très bon) / 1 (standard) / 1.15 (très mauvais)

Aptitude de descendeur

compris entre : 0.85 (très bon) / 1 (standard) / 1.15 (très mauvais)



Le parcours en détails

Comment utiliser le simulateur trail ?

Toutes les informations utiles pour compléter le tableau et obtenir votre feuille de route sont ici :

Guide utilisateur du simulateur trail

calculateur d’allure

Calcul VMA, Indice d’Endurance 

Liste des autres parcours disponibles

 

Des questions, suggérer un nouveau parcours ?

N’hésitez pas à me faire part de vos interrogations, remarques et à me contacter pour la mise en ligne de nouveau parcours.


Cet article vous a plu ? Faites le connaître : Partagez-le !


Vous pouvez aussi lui attribuer une note... !

1 étoiles2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles6 étoiles7 étoiles8 étoiles9 étoiles10 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Soyez les premiers informés de nos prochains articles :


Autres articles recommandés pour vous :

Simulation calcul Ultra du Pas du Diable

Calcul roadbook Ultra du Pas du Diable – 23 avril 2016

9ème édition du Trail du Roc de la Lune dans le cadre duquel se déroulera l’Ultra du Pas du Diable. Un ultra exigeant avec pour terrain de jeux les Grands Causses !

Avec plus de 6000m de D+ pour 120km de course, il va falloir être costaud pour venir à bout de cette épreuve ! Pour vous aider à gérer au mieux cette épreuve difficile voici ma simulation de calcul :

simulateur-trail

Votre feuille de route pour l’Ultra du Pas du Diable 2016

Complétez les champs suivants :

Allure de base (min:sec/km) Min. Sec.
Correction d’allure
Bonus allure initial (min:sec/km) Min. Sec.
Perte allure finale (min:sec/km) Min. Sec.
Apréhension du dénivelé
Aptitude de grimpeur

compris entre : 0.85 (très bon) / 1 (standard) / 1.15 (très mauvais)

Aptitude de descendeur

compris entre : 0.85 (très bon) / 1 (standard) / 1.15 (très mauvais)



Le parcours en détails

Comment utiliser le simulateur trail ?

Toutes les informations utiles pour compléter le tableau et obtenir votre feuille de route sont ici :

Guide utilisateur du simulateur trail

calculateur d’allure

Calcul VMA, Indice d’Endurance 

Liste des autres parcours disponibles

 

Des questions, suggérer un nouveau parcours ?

N’hésitez pas à me faire part de vos interrogations, remarques et à me contacter pour la mise en ligne de nouveau parcours.


Cet article vous a plu ? Faites le connaître : Partagez-le !


Vous pouvez aussi lui attribuer une note... !

1 étoiles2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles6 étoiles7 étoiles8 étoiles9 étoiles10 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Soyez les premiers informés de nos prochains articles :


Autres articles recommandés pour vous :

Simulation écotrail de Paris 2016

Calcul Ecotrail de Paris – 80 km – 19 mars 2016

Déjà la 9ème édition de cette désormais grande classique parisienne, étape incontournable de tous les traileurs de la région… et même d’ailleurs !

Une nouvelle fois vous pourrez profiter d’une arrivée au 1er étage de la Tour Eiffel, histoire d’achever, en beauté, vos cuissots déjà bien éprouvés !

Pour ce qui est du parcours, pas de révolutions, mais quelques changements en fin de course, notamment au niveau du parc de Saint-Cloud et dans le final qui évitera une (petite) partie des quais de Seine qui, faut bien le dire, n’ont pas beaucoup d’attrait !

L’écotrail de Paris en détails :

Comme tous les ans, rendez-vous est pris sur la base de loisirs de Saint-Quentin-en-Yvelines ce samedi 19 mars à midi pour le départ de cette grande aventure !

simulateur-trail

Votre feuille de route pour l’écotrail de Paris 2016

Complétez les champs suivants :

Allure de base (min:sec/km) Min. Sec.
Correction d’allure
Bonus allure initial (min:sec/km) Min. Sec.
Perte allure finale (min:sec/km) Min. Sec.
Apréhension du dénivelé
Aptitude de grimpeur

compris entre : 0.85 (très bon) / 1 (standard) / 1.15 (très mauvais)

Aptitude de descendeur

compris entre : 0.85 (très bon) / 1 (standard) / 1.15 (très mauvais)



Le parcours en détails

Comment utiliser le simulateur trail ?

Toutes les informations utiles pour compléter le tableau et obtenir votre feuille de route sont ici :

Guide utilisateur du simulateur trail

calculateur d’allure

Calcul VMA, Indice d’Endurance 

Liste des autres parcours disponibles

 

Des questions, suggérer un nouveau parcours ?

N’hésitez pas à me faire part de vos interrogations, remarques et à me contacter pour la mise en ligne de nouveau parcours.


Cet article vous a plu ? Faites le connaître : Partagez-le !


Vous pouvez aussi lui attribuer une note... !

1 étoiles2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles6 étoiles7 étoiles8 étoiles9 étoiles10 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Soyez les premiers informés de nos prochains articles :


Autres articles recommandés pour vous :

Ecotrail de Paris 2015 : Un bilan mitigé…

Récit de mon Ecotrail de Paris 2015

21 mars 2015, Saint-Quentin-en-Yvelines => Paris 1er étage de la Tour Eiffel

Pour ma troisième participation à cet Ecotrail de Paris j’allais enfin pouvoir m’offrir la Tour Eiffel !! Cette Tour Eiffel que j’affectionne tant et qui, pour cause de travaux, s’était refusée à moi lors des 2 éditions précédentes !

Avant de dérouler le film de mon aventure je souhaiterai juste expliquer un peu le choix de mon titre. Pourquoi malgré une performance qui, si l’on tient compte de l’évolution du parcours et de la montée des marches, est aussi bonne si ce n’est presque meilleure que celle réalisée deux ans plus tôt lors de ma première participation.

Probablement parce que pendant ces deux ans j’ai franchi un certain nombre de paliers, que je me sens aujourd’hui bien plus fort qu’à l’époque, et donc que forcément je devais inconsciemment en attendre bien plus que ce que j’ai pu produire aujourd’hui.

Probablement aussi parce que je ne suis pas très satisfait du déroulé de ma course, que je n’ai pas réussi à maîtriser jusqu’au bout. Vous comprendrez ce que je veux dire en lisant la suite de mon récit.

Malgré cela il reste des points positifs et encourageants car si l’on veut bien prendre en considération  ma préparation hivernale, qui comme de coutume fût quelque peu chaotique : Une petite grippe fin janvier suivie au mois de février du répérage de l’Ultra-trail d’Angkor et d’une semaine de ski avec les enfants… Il ne me restait guère qu’une bonne semaine pour réaliser en condensé une “préparation” Ecotrail !! Semaine durant laquelle je ferai 117km… soit plus que dans toute la durée du mois de février !!

Les miracles n’existants pas, surtout en course à pied, il aurait été illusoire de me croire en mesure de réaliser la course parfaite. Et je n’ai absolument pas à rougir de la performance réalisée sur cette course.

ecotrail-paris-2015-3

Mon écotrail de Paris 2015

Le temps est plutôt frais en ce samedi matin, moins de 10 degrés. Température idéale pour réaliser une bonne performance, loin de la chaleur de l’année précédente. Néanmoins, je ne regretterai pas d’avoir opté pour le coupe vent et les manchons…. je ne les quitterai pas de toute la course. Avec le vent et la tombée de la nuit, je terminerai pratiquement frigorifié !

ecotrail-2015-02

ecotrail-07

A midi pile, le départ est donné ! C’est parti pour quelques 77 km d’une nouvelle aventure ! La première partie du parcours est très roulante, quasiment plate et donne vraiment envie d’envoyer du lourd. D’autant plus que la tête du peloton mène un train d’enfer.

Mais je le sais, ma seule chance de réussir une belle course aujourd’hui c’est de partir le plus doucement possible, ne pas me laisser emporter par la foule, ne pas me laisser enflammer par l’irrésistible envie d’accélérer. Difficile de se retenir et de laisser partir ses petits camarades de jeu !

Sur les premiers km je décide de me caler sur un rythme ‘raisonnable’ à environ 4’30” au km. J’aperçois quelques connaissances, parmi elle Stéphane Sarda qui fera une superbe course, mais que je ne pourrais guère suivre sur plus de 2 km ! En ce début de course, je suis juste derrière le peloton de tête des féminines. J’ai Sylvaine Cussot en ligne de mire et reviens progressivement à sa hauteur aux environ du 4ème km. Nous échangeons quelques mots mais ne voulant pas se faire décrocher des 2 autres filles elle accélère un peu. Sagement je la laisse filer, ne voulant pas m’éloigner de ma stratégie de course.

Un peu plus loin c’est autour de Jérôme Haguenin, avec qui nous avons co-voituré ce matin, de me rattraper. J’étais persuadé qu’il était déjà bien loin devant moi !! Quelques encouragements mutuels et, toujours aussi sagement, je le laisse filer à son rythme.

Je passe au 10ème km en 44’23” soit approximativement dans le rythme prévu, j’ai réussi à éviter le piège d’un départ trop rapide !! Le parcours est toujours extrêmement roulant, même si quelques petites bosses commencent à faire leur apparition.

Au 15ème km nous attaquons une première pente un peu plus raide, j’adapte mon rythme à la difficulté, mais contrairement à mes habitudes, j’ai le sentiment de grimper plus aisément. Mon sentiment se confirme lorsque je constate que je reviens sur Jérôme dans la côte !! Toutefois, je ne m’enflamme pas, je reviens progressivement sur lui et parviens au bénéfice de la descente qui suit à faire quasiment la jonction.

ecotrail-paris-2015-1

Mais sur le plat qui s’en suit et dans le début de la remontée suivante, Jérôme relance le rythme. Imperturbable, je reste sur mon tempo et le laisse de nouveau filer devant. J’ai en visu la troisième féminine (future vainqueur) mais elle aussi reprend le large dans la montée suivante. Il n’est pas question de griller mes cartouches maintenant !

Au 20ème km les choses un petit peu plus sérieuses débutent avec une bosse un peu plus grosse qu’il faut négocier sagement, mais c’est une nouvelle fois pour moi l’occasion de reprendre le contact visuel avec Jérôme. Il faut croire qu’aujourd’hui je grimpe mieux que lui !

Je passe le premier semi-marathon en 1h36’30”, légèrement plus vite que mon plan de marche, mais malgré tout très raisonnable !! Peu après nous arrivons au premier point de ravitaillement, je suis sur les talons de Jérôme. Le temps de remplir mes bouteilles et je repars, une bonne centaine de mètres derrière lui, qui ne s’est quasiment pas arrêté au ravito !

C’est maintenant que la course commence vraiment avec l’arrivée des premières grosses difficultés qui annoncent environ 40 km de terrains très vallonnés ! Comme précédemment, sans forcer, j’avale sans difficultés ces côtes qui habituellement me ralentissent beaucoup. Je commence ma remontée progressive dans le classement. Une nouvelle fois je reviens à la hauteur de Jérôme, mais cette fois-ci je le dépasse. Il restera dans mon sillage pendant quelques kilomètres avant que je ne parvienne progressivement à le décrocher… cette fois de manière définitive ! Je ne le retrouverai que bien plus tard sur la ligne d’arrivée !

Je me sens de mieux en mieux, je gère bien mon effort et sans me fatiguer outre mesure je progresse rapidement. Je passe au 30ème en un peu moins de 2h24′, toujours sur une moyenne élevée malgré le dénivelé qui commence à s’accumuler ! Je ne lâche rien puis rejoint et laisse sur place Sylvaine qui a temporisé un peu après un début de course très rapide.

Insensiblement je me rapproche du cap du marathon, les kilomètres défilent à toute allure et je ne les voie pas défiler ! Je me retrouve à passer le marathon en 3h32’40″… avec déjà plus de 600m de d+ au compteur ! Je suis en avance d’environ 7 minutes sur mon plan de marche. Jamais les années précédentes je n’étais passé aussi vite à ce point. Pourtant je ne ressens toujours pas l’effet de la fatigue et suis toujours dans le bon rythme.

Nous nous rapprochons du second ravitaillement, dans le parc de l’observatoire de Meudon. Je refais rapidement le plein, dépasse la seconde féminine et repars avec la première en ligne de mire. Je dois alors être 47ème, mais la course est encore longue et je suis lancé sur un rythme qui devrait m’amener à destination en moins de 7h… Jusque là tout est parfait !

Je rejoins alors Laurent Desmet, parti plus vite que moi, nous faisons quelques km ensemble, l’occasion de croiser Romain Merlaud venu l’encourager sur le parcours ! Nous rattrapons et dépassons la 1ère fille, quasiment au même endroit où je l’avais rejointe (la même) l’an dernier avant d’exploser et de finir lamentable !

ecotrail-paris-2015

Cette fois je tiens bon !! je poursuis ma route, toujours sur un rythme élevé. Au bout de quelques km et à la faveur d’une côté, Laurent lâche prise. A ce moment je dois être approximativement 40ème… Cela sera ma meilleure position dans la course. Cette année le niveau est bien plus dense et relevé que l’an dernier !! Je poursuis ainsi ma route jusqu’au 54ème km où nous attend 7 km particulièrement difficiles, mais après cela devrait être plus facile….

Je ne survivrais pas à cette grosse côte, j’ai un genou à terre ! Plus d’énergie, panne sèche… en quelques centaines de mètres, je paie cash mon manque d’entrainement et ma semaine de ‘tout pour le tout’ qui soudain se fait lourdement sentir !

Jusque là j’aurais fait une course énorme, d’autant plus incroyable que je n’avais pas l’entrainement adéquat ! Tenir aussi longtemps était juste incroyable, mais la déception de ne pas être en mesure de continuer de la sorte était tout aussi grande !

En côte je suis à l’arrêt presque complet, tous les concurrents dépassé précédemment me reprennent les uns après les autres, je vois successivement passer les 2 premières filles, impuissant et incapable de suivre. Puis c’est au tour de Sylvaine qui est alors en compagnie de Laurent… eux non plus, je ne peux que constater qu’ils vont trop vite pour moi.

J’essaie de relancer un peu dans les descentes, mais tout au plus je parviens à limiter la casse, les minutes défilent mais pas les km !! Pourtant fidèle à moi même, pas question de renoncer, il faut coûte que coûte se battre pour rejoindre l’arrivée, cette fameuse arrivée au premier étage de la Tour Eiffel que j’attends depuis si longtemps !!

Ces quelques km sont un enfer, à chaque fois qu’un coureur me rattrape je prends un gros coup sur le moral et mes jambes ont du mal à me porter !! Au dernier ravito je retrouve Laurent, a-t-il eu un coup de mou, s’est-il un peu égaré ? Je profite de sa présence pour tenter de me relancer, nous ferrons toute la descente vers les quai de Seine ensemble, cela me relance un peu dans la course et je retrouve un brin de motivation. Peut-être que je parviendrais à m’accrocher dans son sillage et ainsi limiter la casse à l’arrivée ?

A l’entame des quais Laurent reboosté par un de ses supporters qui l’accompagne sur quelques centaines de mètres, relance fort, je ne peux pas suivre, j’essaie de m’accrocher, de loin, mais progressivement il s’éloigne et je perds pied de nouveau. Il reste alors moins de 8 km plus la montée finale, mais je n’ai plus de jus !! Je parviens difficilement à maintenir un petit 10 km/h… plusieurs coureurs me rattrapent et me déposent !!

Qu’ils sont long ces derniers km !!! J’essaie de me motiver en pensant à l’ascension finale vers cette mythique ligne d’arrivée ! Difficile, mais j’aperçois enfin la Tour !! Un dernier passage par l’île de Cygnes, une dernier passage sur les quais, histoire de se taper un escalier de plus !!

Et nous arrivons au pied de la grande dame !! 2 coureurs me rattrapent de nouveau, si je dois laisser filer le premier, je parviens à m’accrocher au second avant d’attaquer la montée finale des quelques 359 marches qui m’attendent ! Dès les premières marches je repasse le concurrent devant moi qui souhaite prendre le temps d’admirer le paysage. Les marches défilent, défilent mais ne s’arrêtent jamais !!

Cette longue montée durera près de 4 minutes, 4 longues minutes pendant les quelles mes jambes, mécaniquement, muscles quasiment tétanisés, grimpent presque toutes seules ces foutues marches !! Sensation étrange où la maîtrise de votre corps semble vous échapper, comme si les jambes prenaient le relais du cerveau et décidaient toutes seules de terminer le travail !!

Puis enfin, la libération !! les mots ‘1er étage’ gravés sur la dernière marche, encore quelques mètres et voici enfin cette ligne d’arrivée que j’attendais depuis des années !!! J’en termine en 7h14 à la 53ème place, épuisé heureux d’en avoir terminé, d’être allé au bout de cette aventure, même si je ne peux m’empêcher de penser à la bonne vingtaine de minutes perdues dans les 20 derniers km !!

ecotrail-paris-15

Alors que je m’apprêtais à redescendre, Jérôme est annoncé au pied de la Tour, malgré le froid qui me glace je l’attends pour le féliciter à l’arrivée. Cette année il termine derrière moi à 7′ seulement. Après l’avoir déjà battu en 2013, après sa revanche en 2014, me voila qui remporte la Belle !! De quoi me remonter un peu le moral, et pour tous ceux d’entre-vous qui connaissent Jérôme, c’est une très belle perf que d’avoir pu le devancer sur cette course !!


Cet article vous a plu ? Faites le connaître : Partagez-le !


Vous pouvez aussi lui attribuer une note... !

1 étoiles2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles6 étoiles7 étoiles8 étoiles9 étoiles10 étoiles (2 votes, average: 9,00 out of 10)
Loading...

Soyez les premiers informés de nos prochains articles :


Autres articles recommandés pour vous :

Calculez votre roadbook pour l’écotrail de Paris 2015

Planification Ecotrail de Paris – 80 km – 21 mars 2015

Retour aux sources pour la 8ème édition de l’écotrail de Paris avec de nouveau une arrivée au premier étage de la Tour Eiffel qui symbolise toute la magie de cette course si particulière.

Il faudra donc garder quelques forces en réserve pour venir à bout de cet écotrail 2015 qui verra donc sa conclusion par l’ascension des 57m de dénivelé qui nous conduiront jusqu’au premier étage de la dame de fer !

En ce qui concerne le parcours de cette édition 2015, je ne dispose au jour d’aujourd’hui d’aucune information officielle, c’est donc sur la base du parcours de 2014, dont j’ai modifié l’arrivée, que je vous livre mon simulateur de calcul.

Dès que j’aurais plus d’informations, je confirmerais ou modifierai le parcours en conséquences.

L’écotrail de Paris en détails :

Comme tous les ans, rendez-vous est pris sur la base de loisirs de Saint-Quentin-en-Yvelines ce samedi 21 mars à midi pour le départ de cette grande aventure !

simulateur-trail

Votre feuille de route pour l’écotrail de Paris 2015

Complétez les champs suivants :

Allure de base (min:sec/km) Min. Sec.
Correction d’allure
Bonus allure initial (min:sec/km) Min. Sec.
Perte allure finale (min:sec/km) Min. Sec.
Apréhension du dénivelé
Aptitude de grimpeur

compris entre : 0.85 (très bon) / 1 (standard) / 1.15 (très mauvais)

Aptitude de descendeur

compris entre : 0.85 (très bon) / 1 (standard) / 1.15 (très mauvais)



Le parcours en détails

Comment utiliser le simulateur trail ?

Toutes les informations utiles pour compléter le tableau et obtenir votre feuille de route sont ici :

Guide utilisateur du simulateur trail

calculateur d’allure

Calcul VMA, Indice d’Endurance 

Liste des autres parcours disponibles

 

Des questions, suggérer un nouveau parcours ?

N’hésitez pas à me faire part de vos interrogations, remarques et à me contacter pour la mise en ligne de nouveau parcours.


Cet article vous a plu ? Faites le connaître : Partagez-le !


Vous pouvez aussi lui attribuer une note... !

1 étoiles2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles6 étoiles7 étoiles8 étoiles9 étoiles10 étoiles (2 votes, average: 9,00 out of 10)
Loading...

Soyez les premiers informés de nos prochains articles :


Autres articles recommandés pour vous :

Vidéo Ecotrail Paris 2013

Vidéos de l’écotrail Paris 2013 – 80 km

Voici la vidéo de l’éco-trail de Paris 2013. Revivez le résumé de la course phare de ce week-end de trail , partagez l’ambiance de la course de 80km de l’écotrail de Paris

L’interview du vainqueur homme : Sylvain Court

Si vous souhaitez lire le récit de ma course, rendez-vous ici : mon écotrail de Paris 2013

 


Cet article vous a plu ? Faites le connaître : Partagez-le !


Vous pouvez aussi lui attribuer une note... !

1 étoiles2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles6 étoiles7 étoiles8 étoiles9 étoiles10 étoiles (1 votes, average: 10,00 out of 10)
Loading...

Soyez les premiers informés de nos prochains articles :


Autres articles recommandés pour vous :