Tous les articles par Michel

Foulées de Boissy : Joker et médaille en chocolat !

Opportunité de dernière minute

Préambule

A défaut de Trail de la Côte d’Opale, annulé à la dernière minute par des politiques qui ne pensent qu’à une chose : protéger leur petit cul, ne connaissant rien au sport nature et surtout au trail. A croire que le trail n’a pas le même degré d’importance que des matches de foot, jugés eux indispensables pendant que les laissés pour compte sont toujours les même !

Depuis quelques semaines je m’étais préparé pour ce TCO, dont j’étais quasiment certain qu’il aurait lieu, tellement Franck Viandier, son organisateur, y avait mis toute la rage et l’énergie pour être en mesure de respecter un protocole sanitaire hyper strict, à la limite du tenable (là encore tous ne sont pas logés à la même enseigne !).

Programmé pour une course de 62 km entre dunes et falaises, j’ai appris mercredi après-midi l’annulation de l’événement, seulement 2 jours avant le début de la manifestation !

Que faire ?

Une fois la colère, que dire, la rage, de l’instant passée je me suis posé la question : que faire ce week-end ? Partir malgré tout dans le nord pour faire la course en off ? En manque de compétition depuis des mois, je ne me voyais pas me lancer dans un défi de cette ampleur sans l’ambiance et la pression de la course. Je n’aurai pas été capable de tout donner, de repousser mes limites.

Je ne pouvais pas non plus passer mon week-end au fond de mon canapé à regarder la télé sans bouger, il m’étais nécessaire, malgré tout, de trouver un dossard pour ressentir l’adrénaline de la compétition, le stress, la stratégie et toutes ces émotions que, personnellement, je ne trouve qu’en course.

Une solution de remplacement

Plusieurs choix s’offraient à moi, j’aurai pu décider de partir dans les Vosges pour L’infernal Trail par exemple. Il aurait fallu tout réorganiser, partir à plus de 4 heures de route de la maison. En plus de la fatigue que cela aurait généré, je n’ai quasiment pas fait de dénivelé en montagne depuis longtemps, bref, je ne me sentais pas l’âme de me lancer dans un tel périple à seulement 3 semaines de l’écotrail

Les Foulées de Boissy

C’est alors que j’ai trouvé cette petite course sympathique, qui certes m’obligerait à aller de l’autre côté de Paris, mais qui me permettrait d’aller en découdre un peu !

Un parcours de 31 km en forêt assez roulant malgré quelques ondulations ( qui feront bien mal aux pattes) qui me permettra de voir où j’en suis niveau vitesse.

Certes, je n’étais pas du tout préparé pour un semi-marathon ce week-end, et c’est pas en 3 jours que je pouvais faire quoi que ce soit ! Il faudrait donc faire avec les moyens du bord.

Adaptation…

Dans la période que nous traversons, le seul maître mot c’est : Adaptation ! Entre annulations et interdictions d’événements, il est plus que difficile de se préparer correctement pour une épreuve en particulier. Si l’on veut courir malgré tout, il n’y a pas d’autres solutions, il faut être capable de sauter du coq à l’âne en une fraction de seconde.

C’est donc dans l’improvisation totale que je me suis inscrit sur cette belle épreuve nature, une petite course pratiquement familiale, intimiste, loin des milliers de coureurs du TCO ! Mais tellement content d’y être, de pouvoir accrocher un dossard et de partir en guerre !

Récit de ma bataille

Particularité de l’événement, un parcours en boucle à effectuer 1, 2 ou 3 fois, avec un départ commun des 3 courses. Un peu difficile de savoir où j’en suis lorsque le départ est donné !

Rapidement 2 coureurs se détachent du groupe de tête où je me trouve, impossible de les suivre, ils vont trop vite pour moi ! Je décide de rester dans le second groupe, que je mène dans les descentes où je suis plus à l’aise, et que je me contente de suivre lorsque le chemin remonte.

Pas de très grosses pentes pour autant, des montées plutôt régulières, mais bien présentes malgré tout. Avec 55m de D+ par tour de 7 km, on ne peut pas dire que la course soit franchement plate !

Un parcours tout en forêt, très agréable, avec de larges chemins mais également des passages un peu plus sinueux, presque des singles, serpentant entre les arbres.

Sur les chemins, beaucoup de petits gravillons, mes jolies baskets roses manquent pour le coup de grip et même si elle me permettent de tenir le rythme, je laisse quelques plumes dans l’affaire !

Fin du premier tour

A la fin du premier tour, je vois que les 2 gars qui sont partis devant étaient finalement inscrits sur le 7 km… du pain béni, je me retrouve alors en tête avec un autre coureur, qui n’est autre que le second de l’édition précédente, et vainqueur 2 ans plus tôt !

Nous sommes bientôt rejoins par un troisième coureur, celui-là c’est le vainqueur de l’an dernier ! Un joli petit groupe.

Comme sur le premier tour, je passe devant dans les descentes, et laisse les autres travailler quand ça remonte.

Nous sommes alors rejoins par 2 autres coureurs qui, rapidement nous laissent pratiquement sur place. L’un sera le futur vainqueur, et l’autre le 1er du 14km.

Je poursuis alors mon chemin avec mes 2 compères, la fin de la boucle n’est pas forcément à mon avantage, mais elle commence par une descente assez raide dans laquelle je prend un peu d’avance. S’en suit une dernière petite côte, dans les 500 derniers mètres, où je relâche mon effort, laissant les 2 autres revenir.

La montée n’est pas mon point fort, mais je pense être capable, dans le dernier tour, de mettre un petit coup d’accélérateur avant la ligne. Je préfère donc laisser croire à mes adversaires qu’ils pourront me manger tout cru, à moi sur le tour suivant de les prendre par surprise… c’était du moins la stratégie du moment !

Dernier tour !

Pour la première place, c’est définitivement plié, mais nous sommes encore 3 pour les 2 places restantes sur la boîte !

Le scénario des tours précédents se reproduit, je me retrouve un peu devant en descente et derrière dans les montées. Je pense alors pouvoir gérer, même si je commence à être un peu dans le dur et que mes collègues commencent à augmenter un peu le tempo.

Je parviendrai à rester avec jusqu’à un peu plus de 4 km de l’arrivée. Là un de mes adversaire place une accélération… dans une descente ! Je m’accroche comme je peux, mais je sais que je commence à être en sur-régime.

Le petit faux plat suivant aura raison de mes ardeurs, et petit à petit je me fais distancer par mes 2 compagnons de route. Je ne parviendrai plus à les rattraper.

Ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé ! Je parviens malgré tout à plus ou moins stabiliser l’écart à une cinquantaine de mètres environ. Dans l’ultime descente je parviens même à réduire un peu cet écart. Mais en vain, dans la dernière côte ils lancent le sprint et je ne peux absolument rien faire, je dois alors définitivement me contenter de la quatrième place.

Une belle perf malgré tout

Au final j’en termine en 1h20’33” pour une distance totale de pile 21 km. Si l’on rajoute les 100m manquants cela aurait donné un tout petit peu moins de 1h21″ au semi, soit ma 3ème meilleure perf sur la distance.

Ajouter à cela les 168m de D+ du parcours, quelques passages sinueux et de grandes allées gravillonneuses sur lesquelles j’avais parfois du mal à trouver de la motricité, et les 5 kg de plus qu’au mois de mars… je ne dois finalement pas être très loin du niveau que j’avais à cette période avant que tout ne s’arrête.

Me reste maintenant plus qu’à essayer de travailler un peu plus le foncier en vue de l’écotrail de Paris (s’il a lieu ???), et à tenter de reperdre quelques grammes !!

Pour terminer ce récit, je tiens tout particulièrement à remercier les organisateurs des Foulées de Boissy-Mauvoisin pour cette belle course familiale et dans une belle ambiance malgré le contexte dans lequel nous vivons actuellement.

Mention spéciale

Ce récit ne serait pas complet si je ne disais quelques mots au sujet de la belle course de mon grand Lancelot qui m’a accompagné dans cette aventure en participant à la course de 7 km.

Sans entraînement depuis des mois, il réalise une jolie course pour se classer 6ème au général et 2ème de sa catégorie, le tout à près de 14 km/h de moyenne !!. Un grand bravo à lui !!

 


Autres articles recommandés pour vous :

Cet article vous a plu ? Faites le connaître : Partagez-le !


Vous pouvez aussi lui attribuer une note... !

1 étoiles2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles6 étoiles7 étoiles8 étoiles9 étoiles10 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Soyez les premiers informés de nos prochains articles :


2020 : ma traversée du désert

Récit d’une année gâchée

 

Tout avait pourtant si bien commencé.

02 janvier, après quelques excès durant les fêtes de fin d’année, je suis déterminé à me reprendre en mains, à me fixer des objectifs ambitieux pour cette nouvelle année qui commence. Le premier consistant à éliminer les quelques kilos en trop par un régime draconien pour atteindre enfin mon poids ‘idéal’. L’autre étant de battre mes records sur 10, semi et marathon.

En quelques semaines je parviens à éliminer 7 kgs ! Sans doute un peu trop, mais un petit équilibrage me permettra ensuite de trouver la marque idéale.

Côté entrainement, tout va bien, je retrouve progressivement vitesse et endurance, de bonne augure pour la suite.

Des résultats prometteurs

Premier dossard sur le trail des marcassins début janvier et déjà une belle 6ème place au scratch ! La suite sera encore meilleure avec une seconde place scratch sur l’Urban Trail d’Issy-les-Moulineaux ! Et je n’étais pas encore au top de la forme. Le meilleur serait à venir, c’est certain !

Premier grain de sable

Mon rendez-vous suivant était fixé au semi de Paris, avec pour objectif de descendre la barre des 1h20′. Tout se présentait bien, les jambes étaient là, le poids quasiment idéal… mais

A moins de 24h du départ, le couperet tombe : annulation de l’épreuve ordonné par un ministre incompétent qui, dans le même temps autorise les matchs de foot ? Incompréhension, incrédulité… je ne m’en laisse pas compter pour autant, parviens à rebondir et trouve une solution de replis pour le week-end suivant !

Semi de Savigny-sur-orge : mon dernier dossard avant… ?

A défaut de semi de Paris, ça sera donc celui de Savigny. Je ne le savais pas encore, mais cette course sera la dernière avant bien longtemps, trop longtemps !

Coup double pour moi sur ce semi : j’y réalise 2 de mes 3 objectifs de l’année ! Avec un premier 10k en 36’59” et un semi en 1h18’34” je réalise une course quasi parfaite ! Et j’ai encore une marge de progression… cela me donne beaucoup d’espoirs pour le marathon et la suite de la saison.

Le jour où tout s’arrête

Et puis patatra, la suite, tout le monde la connait : confinement général pour une durée indéterminée !

Garder espoir

Contre vents et marrés, je conserve mon optimisme, pensant que cela ne durerai que quelques semaines. Je m’accroche malgré les annonces plus alarmistes les unes que les autres. La durée du confinement maintes fois prolongée, l’annulation progressive de toutes les courses..

Après l’annulation du marathon de Paris, je me trouve même une solution de replis… mais qui elle aussi passera à la trappe ! Je reporte alors mes espoirs sur le Championnat de France de Trail à Salers… qui lui aussi sera annulé.

Toujours optimiste, je garde en ligne de mire les courses du mois de juin…

Une sorte de fuite en avant…

Je poursuis malgré toutes les désillusions ma préparation, je m’adapte aux conditions : le cours autour de chez moi, fais beaucoup de marche à pieds, investi dans un vélo d’appartement. En parallèle je poursuis mon régime pour tendre vers le poids idéal.

Et puis la résignation…

Car si on nous promet bien une fin de confinement début mai, cela ne signifie pas pour autant que les compétitions vont pouvoir reprendre normalement.

Je finis par réaliser qu’il n’y aura non plus de courses au mois de juin. Tout mon programme de début d’année vole donc en éclats. N’ayant rien prévu pour juillet-août je dois me rendre à l’évidence : au mieux ma saison débutera au mois de septembre !

Difficile motivation

Dans de telles conditions, comment rester motivé ? comment continuer les sacrifices personnels pour être au top ? Il faut bien se rendre à l’évidence : 2020 est morte ! Cette année qui devait être pour moi un grand cru vire au vinaigre.

La descente aux enfers

Si j’en ai entendu beaucoup dire que le sport n’est pas indispensable, qu’il y a plus important dans la vie, que l’on peut faire sans… et j’en passe et des meilleures, c’est peut-être vrai pour les joggeurs du dimanche…

Mais lorsque, sans pour autant être ‘pro’, votre vie personnelle et professionnelle tourne principalement autour du sport, de la course à pieds et des compétitions, cela prend une toute autre tournure !

Je ne m’étalerai pas ici sur ce que je pense de cette mascarade que nous imposent gouvernements et médias dans cette gestion de pseudo crise, mais je pense que les effets collatéraux de ce covid sont bien plus grave que cette foutue maladie elle-même !

Entre espoirs et désillusions

Tel le sphinx qui renaît de ses cendres, je tente de remonter la pente, de me fixer de nouveaux objectifs pour la Rentrée. J’ose croire que les courses reprendront plus ou moins normalement en septembre.

Je suis avec attention tous les efforts fournis par les organisateurs du TCO pour maintenir leur événement malgré toutes les contraintes imposées. C’est dans cet état d’esprit que, durant le mois d’août je vais travailler, comme tous les ans à cette époque, à me préparer au mieux pour cette course que j’affectionne depuis pas mal d’années déjà !

L’idée de pouvoir reprendre le chemin de la compétition me redonne quelques espoirs, même si, pratiquement tous les jours on entend parler d’une course de plus annulée.

Le travail paye, et même si je ne suis plus franchement au niveau de mon poids de forme, les sensations sont plutôt bonnes. Cette préparation sera ponctuée par une petite reco commando du parcours fin août. Tout n’est pas parfait, mais ça devrait le faire !

Un premier dossard

Une semaine avant le TCO, histoire de reprendre les bonnes habitudes, de retrouver les automatismes, je participe à un petit trail semi-urbain sur la Route du Louvre à Lens. Les conditions sont assez particulières, mais très vite je retrouve mes marques pour terminer 5ème au scratch et 1er de ma catégorie.

Je pensais alors que le plus difficile était fais, une petite semaine de récup avant la grande messe du Trail de la côte d’Opale.

Nouveau rebondissement

C’était sans compter sur la stupidité du préfet du Pas-de-Calais, qui a seulement 2 jours de la manifestation y a opposé son veto ! Et nous voilà donc reparti dans cette spirale infernale, mais où cela pourra-t-il bien s’arrêter !

Ne voulant pas rester dans mon canapé à ruminer, je trouve une petite course nature en guise de remplacement, de consolation : Les foulées de Boissy.

Même si bien sûr cela n’a strictement rien à voir avec le programme initial, il était important pour moi d’épingler un dossard, de me confronter aux autres.

Y croire et continuer à aller de l’avant

Dans ce contexte plus qu’incertain il est difficile de resté motivé, de continuer à faire tant de sacrifices à l’entrainement, se mettre la misère, dans l’hypothétique espoir de pouvoir disputer une course !

Mon programme de cette fin d’année est, pour le moment, encore bien rempli, et même si je suis conscient que la plupart des événements auxquels je suis censé participer ne tiennent qu’à un fil, je veux rester optimiste, continuer à me battre, car j’ai ça dans la peau, que c’est ma raison de vivre au quotidien.

Dans ce contexte si particulier je sais que je vais devoir m’adapter, voir et revoir mes objectifs au fil des informations, peut-être continuer à sauter du coq à l’âne, mais c’est certain, je vais tout faire pour participer à un maximum d’événements, tout en essayant d’y être le plus performant possible.

Je rêve…

J’ose espérer que la situation va s’améliorer, que nos politiques vont redescendre sur terre, qu’ils vont enfin cesser de nous prendre pour des marionnettes et qu’une vie quasiment normale pourra très vite reprendre.

Il n’y a malheureusement rien de certain dans mes propos, mais l’espoir fait vivre, et en ce moment, c’est tout ce qu’il nous reste !

Rendez-vous en 2021

Dès à présent je pense me concentrer sur ce que devrait être ma saison 2021, en espérant que la forme et la motivation seront toujours aussi fortes, et surtout que le sport reprendra ses droits !

J’espère de tout mon coeur que ce Monde retrouvera la raison car ce qui est en train de se passer est bien plus dévastateur qu’un malheureux petit virus, c’est notre santé mentale et psychique qui est en jeu. Les dégâts collatéraux risquent d’être énormes pour nous mais également pour les générations futures !


Autres articles recommandés pour vous :

Cet article vous a plu ? Faites le connaître : Partagez-le !


Vous pouvez aussi lui attribuer une note... !

1 étoiles2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles6 étoiles7 étoiles8 étoiles9 étoiles10 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Soyez les premiers informés de nos prochains articles :


Route du Louvre : Renaissance !

Cela faisait si longtemps…

 

6 mois sans dossard, quasiment une éternité ! 6 mois de doutes, de frustrations, de phases d’espoirs en phases de démotivation complète, qu’elle fût longue cette période de disette sportive !

La situation s’améliore un peu, mais reste très compliquée, de nombreux événements continuent à s’annuler, et rares sont les opportunités de remettre le pied à l’étrier !

Un long périple

Ce ne fut pas simple, mais je suis parvenu à trouver une petite course maintenue en ce début septembre. Mais il a fallu chercher loin de la maison, à 2 heures de route, pour trouver mon bonheur !

Moi qui habituellement ne me déplace pas si loin pour de petites distances, c’est avec un grand plaisir que je me suis tapé 200 bornes de route… pour un petit trail semi urbain de… 15 km !

Jamais de mémoire, je ne suis allé aussi loin pour une course d’à peine 1 heure !

Stress et interrogations

Ce n’est pas sans quelques appréhensions que j’abordais ce tout premier dossard de la rentrée. Après tant de temps sans compétition, comment allais-je réagir, où en étais-je niveau performances, tiendrais-je la distance,…

Autant de questions qui me taraudaient depuis quelques jours.

Je m’interrogeais aussi sur le déroulement de cette course, obligations sanitaires imposées par la FFA, les départs se feraient par vagues, et ceci… en fonction des numéros de dossard !

Avec mon numéro 291, j’allais partir bien loin, pour ce qui pourrait s’apparenter à une sorte de contre la montre. Un nouveau challenge, finalement assez excitant !

Un départ au milieu de la meute

Il est un tout petit peu plus de 15h lorsque la première vague s’élance, derrière, on attend patiemment notre tour. Initialement on nous avait annoncé des vagues de 20 coureurs toutes les 20 secondes, puis toutes les 30, mais finalement cela sera… toutes les 10 secondes.

Cela me permettra de m’élancer un peu plus tôt que prévu, mais le revers de la médaille sera le trafic, beaucoup plus dense que prévu. Sur les premiers km, le chemin n’est pas bien large, et l’embouteillage est quant à lui bien au rendez-vous.

C’est parti pour un slalom géant !

A peine lancé que je rattrape déjà les coureurs de la vague précédente. Un grand slalom s’engage alors ! Obligé de prendre tous les risques, de me faufiler dans des trous de souris, de faire quelques excursions sur les bas-côtés.

Un kif total et le plaisir de retrouver les sensations de la compétition qui m’avaient tant manquées. Mais tout cela a un coût, et inévitablement je laisserai de précieuses secondes dans l’opération.

Malgré tout 1er km bouclé en 3’43” puis les 2 suivants en 3’39” et même 3’36” ! Ne serais-je pas parti un peu vite dans cette histoire ?

La remontada

La petite montée du 5ème km calme mes ardeurs, mon rythme s’établit alors aux environs des 4′ au km.

L’originalité de ce format de course c’est que je n’ai absolument aucune idée de mon classement, du nombre de gars qu’il y a devant moi, ni même des potentiels coureurs partis après qui pourraient être plus rapides.

Une seule solution donc : être au taquet tout le temps, donner tout ce que l’on a ! Aucune gestion possible, il faut y aller ! Et en garder un peu quand même pour la partie plus vallonnée du parcours dans les terrils de Loos-en-Gohelle !

crédit photo : https://capturemysport.lumys.photo/route-du-louvre-2020

Rapidement le peloton s’éclairci, et je ne dois plus avoir qu’une petite vingtaine de coureurs devant moi.

Petit à petit, petit groupe par petit groupe, je rattrape et dépasse un a un de nombreux coureurs, de quoi se donner à chaque fois un petit boost de motivation, une petite relance pour ne pas perdre le rythme.

Le passage dans les terrils

Quel régal d’évoluer dans ce paysage magnifique sur de petits singles qui serpentent autour de ces terrils, un pur moment de bonheur, malgré les petites côtes et murs que j’avale pratiquement comme si de rien était.

Les jambes sont un peu dures, elles picotent, mais elles tiennent le coup, transcendées à chaque fois que j’aperçois un coureur dans ma ligne de mire et que le dévore rapidement.

Finalement, ce format de course est assez plaisant, pas de stress du résultat, pas de stratégie de course : juste seul contre soi-même à tout donner !

Rencontre du troisième type

Autre exercice de style auquel je ne m’attendais pas trop, après la dernière montée, dans la descente sinueuse et étroite qui suit, me voilà nez à nez avec la troupe des randonneurs, qui eux étaient partis une demi-heure avant nous.

Ce n’était pas franchement le meilleur endroit pour croiser autant de monde, mais ce qui aurait pu très vite devenir une très grosse galère s’est finalement déroulé d’une manière très sympathique.

Généralement c’est un peu compliqué lorsque l’on revient sur un tel groupe, mais là je dois avouer que ce fût un moment très intense.

Je n’avais jamais vu cela, cette foule dense qui s’écarte spontanément devant moi, me faisant quasiment une haie d’honneur, et sous un tonnerre d’encouragements, c’était surréaliste. On se serait presque cru au sommet d’un col du Tour de France !

Un très grand merci à tous ces randonneurs qui m’ont encouragé et facilité le passage, dans des endroits pourtant assez compliqué !

Un final en trombe

A la sortie des terrils, et même si on a parcouru un peu plus de distance que prévu dans la trace originale, je sais qu’il reste à peu près 3 km. Va falloir relancer et lâcher les chevaux !

Je profite d’une petite portion descendante pour passer la sur-multipliée : passage du 14ème km en 3’28” ! Je vois alors encore quelques coureurs en ligne de mire (dont certains étaient sur le petit trail de 8 km), de quoi me redonner encore un peu d’appétit !

A 500m de l’arrivée, j’aperçois devant moi le dossard 317, celui-là même qui était parti dans la même vague que moi et que je n’étais pas parvenu à suivre dans les premiers km.

Je ne pensais pas le revoir, autant dire qu’à ce moment mon sang et mon orgueil ne firent qu’un tour. Et me voilà parti à en remettre une couche !

Une dernière accélération qui fera mal aux jambes, d’autant plus que les derniers mètres sont dans un joli faux-plat montant ! Les jambes brûlent, mais je ne les écoute pas !

Finalement je terminerai 12 petites secondes devant mon dossard 317 ! Mais à ce moment, aucune idée de mon classement, car celui affiché est le temps au coup de canon.

Un beau résultat final

Je ne le sais pas encore mais je finirai 5ème au scratch, à moins de 3′ du vainqueur… et seulement 53″ du podium.

Pour me consoler, je serai 2ème V1… et premier M2 !!

De bonne augure avant le TCO de la semaine suivante, d’autant plus que ce format, très court, n’est pas franchement ma spécialité !

Mais surtout, quel soulagement après tous ces mois de doutes, d’annulations, de déceptions, de pouvoir enfin remettre un dossard sur la poitrine, et de constater que, malgré les quelques kg pris durant cette période, je n’avais pas trop perdu en vitesse !

La suite au prochain numéro, en espérant que les quelques rendez-vous que j’ai coché pour cette fin de saison puissent avoir lieu !


Autres articles recommandés pour vous :

Cet article vous a plu ? Faites le connaître : Partagez-le !


Vous pouvez aussi lui attribuer une note... !

1 étoiles2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles6 étoiles7 étoiles8 étoiles9 étoiles10 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Soyez les premiers informés de nos prochains articles :


Quels sont les critères pour bien choisir ses bâtons de trail ?

 

Le trail est une activité sportive qui consiste à effectuer des courses à pied dans un environnement naturel, notamment sur la terre ferme, en montagne, sur des sentiers de randonnée, en forêt, etc. Elle est principalement pratiquée sur le continent américain, plus précisément aux États-Unis, en Europe et en Asie. Ce sport peut être parfois difficile à pratiquer, surtout lorsqu’on se retrouve à devoir s’aventurer sur une montée. Dans ce cas, il faut s’aider d’un bâton appelé bâton de trail. Si vous décidez d’essayer le trail, il faut donc commencer par bien choisir votre bâton pour vous faciliter la tâche une fois en montagne. Voici quelques critères relatifs à cet effet.

Quelle est l’utilité du bâton de trail ?

À première vue, les bâtons de trail semblent inutiles dans le cadre d’une course à pied. Surtout lorsqu’il est question de courir sur une longue distance faite de terrains plats, on n’en a véritablement pas besoin. Par contre, ces bâtons deviennent un accessoire incontournable pour des courses à pied qui se déroulent sur des terrains hostiles susceptibles de compliquer la tâche aux coureurs. Dans ce cas, les bâtons de trail sont utiles sur divers paramètres.

Le bâton de travail pour réduire l’effort du trailleur pendant les montées

Le trail étant une activité qui se déroule parfois dans les sentiers de randonnée, le coureur peut se retrouver à devoir passer sur des terrains difficiles pour continuer sa course. Le cas échéant, il lui faudra fournir assez d’efforts pouvant l’épuiser rapidement et l’empêcher d’avancer. La solution idéale pour éviter de s’éreinter durant cette épreuve est d’utiliser des bâtons de trail. En prenant appui sur cet équipement, il permettra un rééquilibrage parfait des charges. En d’autres termes, il ne sera plus question d’utiliser uniquement vos jambes pour traverser la montée. En vous servant de vos bras pour utiliser le bâton de trail, l’action effectuée agit également sur votre buste et l’ensemble de vos muscles. Toutes les zones du corps participent donc à l’effort. Du coup, vous économisez l’énergie nécessaire pour avancer et bien terminer votre entrainement.

Les bâtons de trail pour maintenir le rythme de course

Lorsqu’on se lance dans une course à pied, il est important de garder un bon rythme pour l’efficacité de l’exercice. C’est une condition difficile à garantir quand l’on s’aventure sur des terrains difficiles à pratiquer et qui nécessitent de fournir un grand effort. Seul le bâton de trail vous aidera à accomplir votre course sans trop dépenser votre énergie sur des passages compliqués. De ce fait, vous aurez assez d’énergies pour garder la même vitesse et les mêmes mouvements pendant que vous parcourez des kilomètres.

Le bâton de trail pour descendre d’une montée facilement

Le bâton de trail est un allié idéal vous permettant de monter aisément une pente lors d’une course à pied. Cette fonction est connue de tous, mais sachez que cet équipement est tout aussi utile quand il faut descendre. En effet, descendre d’une montée dans la précipitation et sans maitrise de soi peut engendrer une chute brutale, pouvant engendrer des blessures au niveau des articulations. En prenant appui sur le bâton de trail, vous bénéficierez de plus de souplesse et de plus stabilité. Cela augmente vos chances d’arriver en bas sereinement.

Comment bien choisir ses bâtons de trail ?

Il est quasiment impossible d’apercevoir un trailleur sans ses bâtons de trail. Si vous souhaitez vous lancer dans ce type d’activité, la première démarche idéale à mener serait de vous procurer cet accessoire. Au-delà de son utilité intrinsèque, bien le choisir est une étape primordiale pour en profiter pleinement. Certains critères sont incontournables à cet effet.

Contrôler le matériau de la tige du bâton

Les bâtons de trail sont majoritairement fabriqués en aluminium et en carbone. L’aluminium est un matériau connu pour sa résistance et sa solidité. De ce fait, choisir des bâtons de trail en aluminium vous garantit une bonne stabilité quand il faudra les utiliser pour courir. Seul bémol, ils sont généralement lourds et peuvent réduire votre capacité à avancer rapidement. Quant aux bâtons de trail en carbone, ils font l’objet d’une légèreté absolument remarquable. Cependant, ils ont pour inconvénient d’être très fragiles. Il serait réfléchi de bien évaluer ses paramètres avant de choisir vos bâtons.

Le type de poignées

On retrouve dans le commerce deux types de poignées de bâtons de trail en général : les poignées en liège et les bâtons en mousse. Le premier est réputé pour sa durabilité et pour sa capacité à rester étanche alors que la mousse offre un confort optimal en absorbant la transpiration, tout en facilitant la prise en main de votre bâton.

Les pointes de bâton

Choisissez des bâtons de trail qui sont équipés de pointes résistantes, solides et assez pointues pour vous permettre de les fixer au sol avec précision. C’est une condition fondamentale pour avancer facilement pendant votre course à pied.

Choisissez des bâtons pliables

Vous devez veiller à ce que vos bâtons de trail soient faciles à ranger pour vous faciliter la vie quand il faudra les mettre dans un sac à dos par exemple. Pour cela, optez pour des bâtons pliables et réglables. Il existe des bâtons mono-brins et des bâtons dotés de plusieurs brins. Les bâtons ayant un seul brin sont facilement pliables et très légers pour booster vos accélérations pendant les montées. Mais pour des courses sur une longue distance, les bâtons à 4 brins sont les plus appropriés.


Autres articles recommandés pour vous :

Cet article vous a plu ? Faites le connaître : Partagez-le !


Vous pouvez aussi lui attribuer une note... !

1 étoiles2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles6 étoiles7 étoiles8 étoiles9 étoiles10 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Soyez les premiers informés de nos prochains articles :


COVID-19 : Et si votre montre cardio-GPS pouvait vous sauver la vie ?

Dans ses formes graves, le coronavirus s’attaque directement aux poumons, générant alors une réaction anti-inflammatoire qui, dans certains cas peut conduire à un engorgement complet des poumons, rendant la respiration de plus en plus difficile.

Le passage d’une forme bénigne à une forme grave peut arriver très rapidement, dès lors chaque minute compte et la mise sous oxygène devient une nécessité vitale et ce dans les plus brefs délais.

En quoi votre montre cardio-GPS pourrait être utile ?

Peu d’entre-nous le savent, mais nos montres cardio-GPS, en tout cas les plus performantes, disposent d’une fonction qui n’a probablement pas attiré votre attention plus que cela.

Ces montres haut de gamme sont équipées d’une fonction d’oxymètre de pouls, liée au capteur de fréquence cardiaque au poignet.

Qu’est ce donc que l’oxymètre de pouls ?

Il s’agit d’un petit capteur additionnel qui émet une lumière rouge (les capteurs cardio eux émettent une lumière verte) et qui mesure le taux d’oxygénation du sang.

En temps normal nous ne prêterions guère d’attention à ce paramètre, mais pour les personnes potentiellement atteintes de COVID-19 ce paramètre peu devenir vital !

En effet, le taux d’oxygénation sanguin est le premier indicateur d’une éventuelle insuffisance respiratoire : le symptôme le plus grave, et mortel de ce COVID-19 !

Une alerte en temps réel

L’oxymètre de pouls permet de mesurer le pourcentage de SPO2 (un dérivé du taux d’oxygénation qui ne nécessite pas de mesure invasive – prise de sang – )

Le taux de SPO2 normal varie entre 95 et 99%, dès lors que notre taux de SPO2 tombe en dessous des 95% cela peut signifier un déficit d’oxygénation… et le début d’une insuffisance respiratoire

Quelle conduite à tenir ?

Si vous ou l’un de vos proche présente des signes pouvant laisser penser une suspicion de COVID-19 (toux, fièvre, diarrhées,…) alors il peut être judicieux de surveiller son taux de SPO2… grâce à votre petit bijou technilogique.

Si votre taux d’oxygénation descend sous cette barre des 95%, mettez-vous au calme, attendez quelques minutes, puis reprenez une mesure. Si les résultats sont toujours inférieurs à cette barre, je vous invite vivement à contacter au plus vite votre médecin, de lui faire part de votre taux de SPO2, d’en suivre l’évolution au plus près et écouter ses consignes

Si ce taux continue à diminuer, qu’il passe sous la barre des 90%, appelez le 15 au plus vite ! Chaque minute compte, certains patients sont fauchés par cette merde en seulement quelques heures !

Précision des capteurs de montre

Les capteurs d’oxymètre de pouls de nos belles montres cardio-GPS ne sont pas aussi performants que des capteurs dédiés uniquement à cette fonction, on peut trouver des écarts de mesure de l’ordre de 1-2%. Généralement les données obtenues par nos montres sont légèrement inférieures à celles mesurées par des capteurs type pince que l’on positionne sur le bout des doigts.

Par ailleurs, les capteurs de nos montres ne sont pas certifiés comme appareils médicaux. il faut donc interpréter les résultats avec un certaine prudence, et se laisser une petite marge d’erreur.

En cas de mesure inférieure aux 95%, si la valeur obtenue est supérieure ou égale à 92%, je vous invite donc à reprendre plusieurs fois la mesure, tout en restant au calme, et à vous alarmer uniquement dans le cas où toutes vos mesures seraient inférieures ou égales à 92%

A noter également que, si vous êtes fumeur, une valeur inférieure est possible, du fait de la dégradation de vos capacités pulmonaires induites par la consommation de tabac.

De même, un changement rapide d’altitude (au delà de 2000m) peut nécessiter un temps d’adaptation durant lequel votre taux d’oxygénation sera inférieur à la norme.

Quelles sont les montres équipées d’oxymètre de pouls ?

Voici la liste, non exhaustive des montres équipées de ce capteur :

Certaines montres de la marque Coros sont également équipées de ce capteur.

Pour savoir si votre montre possède une fonction d’oxymètre de pouls, il faut d’une part qu’elle dispose d’un capteur cardio optique et d’autre part qu’elle émette, en plus de la lumière verte, une lumière rouge.

Sinon, vous avez également la possibilité de vous procurer un oxymètre de pouls chez votre pharmacien, qui normalement, peut vous proposer ce type de produit.


Autres articles recommandés pour vous :

Cet article vous a plu ? Faites le connaître : Partagez-le !


Vous pouvez aussi lui attribuer une note... !

1 étoiles2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles6 étoiles7 étoiles8 étoiles9 étoiles10 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Soyez les premiers informés de nos prochains articles :


Test chaussettes, gants, bonnet Verjari V-Dry

Une gamme de produits étanches pour courir dans toutes les conditions !

Verjari, c’est qui ?

Verjari est une petite entreprise française innovante créée en 2018 par 2 français passionnés par les activités outdoor.

L’entreprise est spécialisé dans la conception et la fabrication de gants, chaussettes et bonnets. Elle a développé plusieurs gamme pour le trail, le ski et toutes activités extérieures

Découverte des produits

A l’ouverture du paquet, ma première impression est un peu mitigée, je suis d’entré surpris par l’épaisseur des produits. Habitué à porter des textiles assez fin je découvre une gamme de produit plus épaisse.

Normal, puisque la caractéristique principale de ces produits est de se composer de 3 couches bien distinctes :

  • une couche en Bambou / nylon
  • une couche étanche intermédiaire
  • une couche extérieure composite

Lors de l’enfilage, on a un peu dans un premier temps, l’impression de chausser une paire de Mapa… nous voilà paré pour faire la plonge !

Mais cette sensation un peu “plastique” s’estompe très rapidement et nous sommes envahi par une douce chaleur qui nous la fait très vite oublier.

Verjari triple épaisseur !

Si mes pieds se sont très vite adaptés à cette nouvelle sensation, demeure malgré tout quelques interrogations : comment vais-je me sentir dans mes baskets ?

  • Habitué au port de chaussettes relativement fines, comment vais-je rentrer dans mes chaussures ?
  • Mes pieds ne risquent-ils pas de surchauffer ?
  • Ne vais-je pas être sujet aux ampoule du fait de ces 3 couches bien séparées les unes des autres ?

Pas mal d’a priori qu’il va falloir tester sur le terrain !

Les réponses à mes interrogations

Après plusieurs sorties à l’entrainement dans des conditions plus ou moins défavorables : froid, vent, pluie.. bref des conditions hivernales, mes différentes conclusions sont les suivantes :

  • Tout d’abord, je vous rassure, je n’ai eu aucun problème pour rentrer dans mes chaussures ! et même si elles sont un peu plus lourdes que des chaussettes classiques (une dizaine de grammes en plus, soit environ 40g la chaussette), elles conviennent parfaitement pour mes entrainements.
  • Mes pieds sont restés bien au sec, même lorsque mon parcours rencontra des flaques d’eau ou sous une pluie battante. Certes la couche externe était bien trempée, mais la couche étanche a parfaitement rempli son rôle, gardant mes petits petons bien au sec !
  • Moi qui est une forte propension à transpirer comme un cochon, je craignais beaucoup de retrouver mes pieds dans le même état que si je sortais tout droit du sauna…. et bien pas du tout ! la membrane étanche est bel et bien respirante !
  • Et du côté des éventuelles ampoules… la lumière est restée éteinte et ce même après des sorties longues de plusieurs heures. La technologie multi-couche de la chaussette représente en réalité une protection contre les frottements, évitant ainsi le risque d’ampoule et ce même si on peut avoir parfois la sensation que le pied glisse un peu dans la chaussure.

Etanches, mais pas que

Autre avantage et non des moindres en période hivernale, c’est l’effet coupe-vent que procure notre fameuse membrane étanche. Car quoi de plus désagréable que de subir les affres du vent glacial qui peut souffler en cette période de l’année ?

Ce n’est certainement pas le mesh de plus en plus fin de nos chaussures ultra-légères qui risque de nous protéger ! Avec des produits “normaux”, je rentrais presque systématiquement avec les pieds et les mains gelées, me contraignant même parfois à écourter mes séances tant j’étais piqué par le froid.

Avec les produits de la gamme Verjari, c’est un peu comme si mes chaussures étaient équipées de membrane Gore-Tex… avec le poids et le coût en moins.

Le trio chaussettes, gants, bonnet m’a permis d’affronter les conditions les plus difficiles comme si de rien était, gardant la tête et les extrémités bien au chaud, les sorties s’avèrent de suite bien plus confortables, et il y a beaucoup moins d’hésitations au moment de partir pour ma séance, même lorsque le temps n’est pas très engageant !

Résistance dans le temps

Dernier point qu’il est important de souligner, c’est la résistance des chaussettes dans le temps. Là où mes habituelles chaussettes techniques s’usent à une vitesse incroyable, je n’ai noté aucune trace d’usure sur mes nouvelles chaussettes Verjari et ce après plusieurs semaines d’utilisation !

Conclusions

Pour un prix dans la norme, voir même moins cher qu’une chaussette technique classique (voir mes X-socks habituelles) nous avons des produits très robustes, durables dans le temps et bien plus adaptées aux conditions difficiles que l’on peut rencontrer par temps froid et humide.

Si je suis encore un peu réticent à les utiliser en compétition, je les ai adopté sans aucune hésitation à l’entraînement !

Les gants et bonnets sont également très intéressant et je les utilise régulièrement dès que la météo se dégrade un peu

Bref, une excellente gamme de produits de conception française qui plus est !


Autres articles recommandés pour vous :

Cet article vous a plu ? Faites le connaître : Partagez-le !


Vous pouvez aussi lui attribuer une note... !

1 étoiles2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles6 étoiles7 étoiles8 étoiles9 étoiles10 étoiles (1 votes, average: 9,00 out of 10)
Loading...

Soyez les premiers informés de nos prochains articles :


Calculateur trail Saintélyon 2019

Votre roadbook pour la Saintélyon 2019

Samedi 30 novembre 2019 – Saint-Etienne – 23h30

Retrouvez le nouveau parcours de la Saintélyon pour cette édition 2019 qui sera la 66ème de l’une des courses les plus anciennes de France !

A vous qui aurez la chance de suivre ce long ruban scintillant au travers des Monts du Lyonnais tout au long de la nuit, et plus encore si affinité.

La plus grande inconnue sera, comme souvent, la météo qui pourra jouer un rôle important sur votre performance. Car si le parcours ne présente pas trop de difficultés lorsque le temps est clément, c’est une toute autre affaire s’il y a de la neige ou du verglas !

Nos simulations de calcul pour la Saintélyon et la Saintexpress sont disponibles auprès de notre partenaire MY-Easyraces en cliquant sur les liens ci-dessous :

Simulation de calcul SaintéLyon 2019

Simulation de calcul Saintexpress

et pour les plus téméraires :

simulation Lyon-Sainté-Lyon

Comment utiliser le simulateur trail ?

Toutes les informations utiles pour compléter le tableau et obtenir votre feuille de route sont ici :

Guide utilisateur du simulateur trail

calculateur d’allure

Calcul VMA, Indice d’Endurance 

Liste des autres parcours disponibles

simulateur-trail

 

Des questions, suggérer un nouveau parcours ?

N’hésitez pas à me faire part de vos interrogations, remarques et à me contacter pour la mise en ligne de nouveau parcours.


Cet article vous a plu ? Faites le connaître : Partagez-le !


Vous pouvez aussi lui attribuer une note... !

1 étoiles2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles6 étoiles7 étoiles8 étoiles9 étoiles10 étoiles (1 votes, average: 10,00 out of 10)
Loading...

Soyez les premiers informés de nos prochains articles :


Autres articles recommandés pour vous :

Montres Cardio-GPS : comparatif des meilleurs prix

Trouvez La montre cardio-GPS de vos rêves au meilleur prix !

Vous avez enfin trouvé la montre de vos rêves, celle qui vous accompagnera tout au long de la saison dans vos sorties de préparation et lors de vos prochaines compétitions et objectifs. Si tel n’est pas encore le cas, je vous invite à consulter mon comparateur, qui vous guidera dans votre choix : Comparateur des meilleures montres cardio-GPS

Maintenant, que le choix du modèle est chose acquise, reste encore à la trouver au meilleur prix. Cependant, il est difficile de s’y retrouver dans la jungle du commerce en ligne. Entre promotions, soldes, remises exceptionnelles, codes promos et autres cashback, il arrive bien souvent que le coût réel de votre montre soit bien différent du prix affiché au départ !

Grâce à mon outil de calcul, mis à jour quotidiennement, vous allez pouvoir connaître en temps réel le meilleur prix pour l’achat de votre montre cardio-GPS ! Pour ce faire, il ne vous reste plus qu’à consulter, par marque, gamme et modèle, le prix de votre future montre cardio-GPS !

Les prix indiqués tiennent compte des éventuels codes promos applicables, ainsi que du Cashback* dont vous pourrez bénéficier.

Les meilleurs prix des montres cardio-GPS Garmin

Les meilleurs prix des montres cardio-GPS Suunto

Les meilleurs prix des montres cardio-GPS Polar

Les meilleurs tarifs montres cardio-GPS TomTom

Les meilleurs prix montres cardio-GPS Timex

Tarifs montres connectée Samsung

Tarif des montres connectées Fitbit

* Cashback : remise appliquée sous forme d’avantage fidélité, à déduire de vos prochaines commandes, en fonction du montant global de votre panier

~~~~

Consultez la suite de notre grand dossier Cardio-GPS

Votre montre cardio-GPS
Montres Garmin
Montres Suunto
Montres Polar
Les autres
Tous les tarifs
Laquelle pour quel usage
Mes conclusions

~~~~


Autres articles recommandés pour vous :

Cet article vous a plu ? Faites le connaître : Partagez-le !


Vous pouvez aussi lui attribuer une note... !

1 étoiles2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles6 étoiles7 étoiles8 étoiles9 étoiles10 étoiles (8 votes, average: 9,00 out of 10)
Loading...

Soyez les premiers informés de nos prochains articles :


Calendrier officiel du Trail Tour National (TTN) 2020

Le calendrier du Trail Tour National 2020

Voici le nouveau calendrier du Trail Tour National pour la saison 2020!

Cette année les Championnats de France auront lieux lors de la très belle Pastourelle de Salers dans le Cantal. Il faudra être près en début de saison car la course aura lieue lors du mois de mai !

Pour ce qui est du nombre d’épreuves on reste inchangé pour le TTN court, mais le TTN long subit un nouveau dégraissage avec plus que 8 épreuves au programme (contre 10 en 2019 et 12 en 2018 !).

Pour une fois, les championnats de France de trail seront un peu plus abordable avec un dénivelé bien moindre par rapport aux années précédentes et un parcours que certains jugeront de plus roulant. Cette épreuve sera donc plus ouverte que jamais, laissant la porte ouverte à des coureurs un peu plus polyvalents.

Le programme du TTN 2020 – court

Le programme comporte une nouvelle fois 14 épreuves, ce qui laisse beaucoup de possibilités pour ceux qui souhaiteraient jouer le classement général.

On note le retour du trail des Tranchées, l’apparition du trail de Fontfroide, et le retour du Radicatrail et du trail Brive Nature. Les sorties de La Mythik, du trail de Faverges, du trail Drôme (qui passe sur le long) ainsi que du trail côte d’Azur Mercantour

Le programme du TTN 2020 – long

Que dire de cette programmation une nouvelle fois réduite, passant maintenant de 10 à 8 étapes, championnat de France compris ? Peut-être cela permettra-t-il de relancer l’intérêt du TTN, mais encore faudrait-il que l’on puisse s’y retrouver.

Car si globalement les épreuves sont bien réparties dans l’année, on se retrouve néanmoins avec 3 courses en 4 semaines autour du Championnat de France… ce qui réduit grandement les possibilités si l’on souhaite être bien pour les France !

 

Voici le calendrier complet du TTN version 2019-2020…

 Les 14 épreuves du TTN court 2019-2020 (<42km) :

– 10 novembre 2019 : Sparnatrail – Epernay (51)

– 02 février 2020: Trail Givré – Montanay (69)

– 01 mars 2020 : Trail du petit ballon et Circuit des grands crus – Rouffac (68)

– 15 mars 2020 : Trail de Fontfroide – Narbonne (11)

– 29 mars 2020 : Trail des Tranchées – Verdun (55)

– 05 avril 2020 : Trail Brive Nature – Tulle (19)

– 26 avril 2020 : Le Radicatrail – Lillebonne (76)

23 mai 2020 : Championnats de France de Trail – La Pastourelle Salers (15)

– 31 mai 2020  : Les Gendarmes et les Voleurs – Ambazac (87)

– 13 juin 2020 : Trail de Sancerre – Sancerre (18)

– 21 juin 2020 : Trail de la Vallée des Lacs – Gérardmer (88)

– 26 juin 2020 : Oxytrail – Noisiel (77)

– 12  juillet 2020 : Trail des tordus – Verzenay (51)

– 12 septembre 2020 : L’infernal Trail des Vosges – Saint Nabord (88)

Les 9 épreuves du TTN long 2020 (+ 42km) :

– 16 février 2020 : Gruissan Poli Trail – Gruissan (11)

– 14 mars 2020 : Eco Trail de Paris Ile de France – St Quentin en Yvelines/Paris (75-78-92)

– 19 avril 2020 : Trail Drôme – Buis-les-Baronnies (26)

– 10 mai 2020 : Trail des Forts de Besançon – Besançon (25)

23 mai 2020 : Championnats de France de Trail – La Pastourelle Salers (15)

– 31 mai 2020 : Trail de Guerlédan –  Bonrepos sur Blavet (22) 

– 25 juillet 2020 : La 6000 D – La Plagne (73)

10/11 août 2019 : Championnats de France de Trail – Méribel  (73)

– 13 septembre 2020 : Trail de la Côte d’Opale en Pas-de-Calais – Wissant (62)

– 18 octobre 2020 : Belfortrail – Giromagny (90) – 55km 

Règlement du TTN 2020

Le règlement 2020 reste identique à celui des années précédentes

trailnationaltour2020.pdf


Autres articles recommandés pour vous :

Cet article vous a plu ? Faites le connaître : Partagez-le !


Vous pouvez aussi lui attribuer une note... !

1 étoiles2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles6 étoiles7 étoiles8 étoiles9 étoiles10 étoiles (4 votes, average: 9,50 out of 10)
Loading...

Soyez les premiers informés de nos prochains articles :


Paris Versailles : La Renaissance

Paris Versailles 2019

Dimanche 29 septembre 2019 – Paris 10h

C’était ma première course officielle, il y de cela quasiment 20 ans ! Après le marathon de Paris, c’est également celle à laquelle j’ai participé le plus de fois (15ème fois en 2019 !).

La plus nature des courses urbaines, elle possède un charme incroyable et surtout, nécessite de courir autant avec sa tête qu’avec ses jambes ! Bref une course que j’adore

Alors même si je suis laminé physiquement et mentalement, pas question de rater cet événement, pratiquement incontournable de mon calendrier !

Une prise de risque maximale

Avec déjà 3 courses au compteur depuis le début du mois de septembre, et à peine autant de séances d’entraînement, je n’avais pas d’autres solutions que de prendre un maximum de risques pour tenter de faire bonne figure sur cette course mythique.

Ma stratégie : compenser mon manque de forme par un allègement maximal : équipement minimaliste : short léger, chaussettes basses, hoka Rehi sans semelles de propreté : soit seulement 160gr.

Un départ en trombe

Il est primordial de bien gérer les premiers kilomètres avant la côte des gardes, mais emporté par l’élan, il est difficile de rester sage ! Mon premier km  passera en 3’33″… bien trop rapide.

Une fois l’euphorie du départ passée, je me recale très vite sur des allures plus raisonnables, aux alentours des 3’50” au km.

Une côte des gardes en gestion

Arrivé au km 6, au début de la côte des gardes en 22’49″… soit dans les temps de mon record, je décide (enfin j’ai pas eu vraiment le choix) de lever un peu le pied dans la côte. Je vais la grimper à ma main, en douceur.

Bien sûr je vais y laisser quelques plumes, et je ne me rapprocherai plus des temps de mon record, mais je préserve mes chances de finir honorablement. Mon objectif étant de rester sous les 1h06 à l’arrivée.

Une seconde partie en relance

J’ai plus ou moins bien géré la côte, même si je l’ai trouvé un peu longue et que j’y ai laissé de précieuses secondes. Je suis alors tout juste dans le timing pour tenir l’objectif. Pas question de faiblir, alors dès que je le peux je relance la machine.

La suite se déroule sans encombres, et même si je n’aurais pas pu aller beaucoup plus vite, je garde une certaine aisance. Le plaisir de courir est revenu, et je suis un peu rassuré quand à mes capacités.

Les km défilent rapidement, et progressivement je me rend compte que je peux revoir mes objectifs à la hausse. J’ai maintenant en point de mire les 1h05

Dernière ligne droite

Toujours aussi terrible cette dernière ligne droite, d’autant plus qu’il y a, comme souvent, un peu de vent. Il faut luter pour avancer et ne pas se laisser endormir. Au loin on peut apercevoir l’arche d’arrivée… mais qu’elle est loin.

C’est le moment de serrer un peu les dents, de réunir ses dernières forces et de tout donner ! Pas question de faiblir si près du but, d’autant que le chrono m’indique que je peux descendre sous les 1h05 !!

Dernière accélération, dernier effort, dernière souffrance également, et voilà c’est fait ! J’en ai terminé dans un chrono inespéré avant le départ : 1h04’46”, soit ma seconde meilleure perf sur la distance, à moins d’1’30 de mon record établi en 2016 !!

C’est incroyable, au vu de ma forme de ces derniers temps ! Mais quel bonheur !! Me voilà pleinement rassuré et réconcilié avec la course, moi qui commençait à avoir quelques doutes !!

Une pensée particulière également pour mon grand garçon, Lancelot qui boucle la distance en 1h26’26” !!

Une récupération douloureuse

Comme je l’ai dis, j’ai pris des risques, joué avec les limites, avec une foulée essentiellement sur l’avant pied durant la majeure partie de la course, les mollets ont pris cher !

Bilan des courses : de bonnes courbatures aux 2 mollets, et l’impossibilité de courir pendant plusieurs jours, mais quelle importance le plaisir et le résultat étaient au rendez-vous !


Autres articles recommandés pour vous :

Cet article vous a plu ? Faites le connaître : Partagez-le !


Vous pouvez aussi lui attribuer une note... !

1 étoiles2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles6 étoiles7 étoiles8 étoiles9 étoiles10 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Soyez les premiers informés de nos prochains articles :


Trail du Sancy : j’ai joué… et j’ai perdu !

Grand trail du Sancy – Mont-Dore 2019

dimanche 22 septembre 2019 – Le Mont-Dore

Après ma belle performance sur le Trail de la côte d’Opale, je me voyais complètement relancé dans le classement vétéran du TTN 2019. Revenu à la 4ème place, j’avais encore toutes mes chances de terminer sur le podium final.

Pour cela, rien de très compliqué, du moins en apparence : une place dans les 23 premiers était suffisante pour rafler la mise ! Fort de ma 16ème place de l’an dernier, le challenge paraissait à ma portée.

Mais c’était probablement sans compter sur ma forme physique et psychique de ce début d’automne où là les compteurs étaient bien loin d’être dans le vert !

Malgré tout, j’étais bien décidé à tout donner pour parvenir à mes objectifs !

Un début de course presque idéal

Décidé à bien gérer mon effort, je prends un départ prudent, sans me mettre dans le rouge,  et ce même si je me retrouve juste derrière le groupe de tête dans les 2 premiers kilomètres.

Rapidement je recule dans le classement, ne forçant pas dans la montée vers le Capucin, je laisse partir pas mal de monde, sans pour autant m’en inquiéter. La course est longue, je me sens bien et ne veux pas entamer mes réserves.

Arrivé en haut de la première difficulté, je relance un peu le rythme pour bénéficier de la descente et remonter quelques places. Tout est toujours nickel, je me trouve aux alentours de la 30ème place, mais ne m’en inquiète pas plus que cela. Je suis dans mes temps, voir même un peu en avance, alors tout va bien

On continue à dérouler

La suite se passe sans encombres, premier ravito, suivi d’une petite portion raide en montée et descente bien négociée, puis redescente vers le fond de la vallée, direction Les Planches et la montée vers le Puy Gros.

Je suis toujours dans mes temps, je rattrape quelques coureurs, d’autres reviennent sur moi, si bien que je suis toujours aux environ de la 30ème place.

La montée se déroule parfaitement, j’enchaîne ensuite sur la descente. Première alerte, je me prends les pieds dans le tapis sur une portion un peu rocailleuse…. et me voilà à rayer la carrosserie du côté gauche. Un bon petit accro sur la hanche gauche, mais rien de véritablement handicapant… on continue l’aventure comme si de rien était !

Je me sens toujours bien et dans mes temps, alors pas de raisons de s’inquiéter. J’arrive au seconde ravito à Prends-toi-garde en moins de 3h, certes toujours à la 29ème place, mais tout est ok !

Perte d’un premier cylindre…

Alors que tout allait bien jusqu’à présent, je commence à ressentir, imperceptiblement mais réellement, la fatigue et le manque de travail foncier de ces dernières semaines.

La montée vers le col de la Croix Morand bien que correcte, ne se fait pas dans le rythme habituel. il manque quelque chose… mais quoi ?  L’impression que le moteur ne tourne plus que sur 3 cylindres au lieu de 4 : perte de puissance évidente.

J’ai beau rattraper un ou deux gars en perdition, ce gain est compensé par ceux qui reviennent de l’arrière. Et le chrono, lui commence à donner des signaux d’alerte : la petite avance que j’avais prise lors de la première partie est en train de fondre au soleil !

Le début d’une lente agonie

Arrivé au col de la Croix Morand je trouve un petit peu de réconfort auprès de mes amis Margriet et Erwin qui tiennent le ravitaillement.

Quelques instants de répit avant de se lancer à l’assaut de l’une des montées les plus difficiles de la course… durant laquelle je laisserai encore quelques plumes !

l’enchaînement de petites montées qui suit m’abîme encore un peu plus, mais je ne lâche pas et continue à tout donner.

Je suis encore à peu près dans le timing lorsque j’entame la descente vers le col de la Croix Saint-Robert. Désireux de rattraper un peu de temps, je lâche les chevaux. La machine semble repartir !

Mais c’était sans compter sur un excès d’optimisme, … et une nouvelle gamelle, sans gravité, mais qui viendra rayer le côté droit cette fois-ci… comme ça pas de jaloux !

J’arrive au ravito en 4h30, soit tout juste dans les chronos, mais je le sais la suite va être compliquée !

Perte d’un second cylindre !!

La montée vers le Roc Cuzeau confirme mes craintes : la perte de puissance est quasiment totale, j’essaie tant bien que mal de limiter les dégâts, mais je le sais déjà : l’addition va être salée !!

l’hémorragie est de plus en plus forte, et les minutes défilent de plus en plus vite. La descente, que je n’apprécie guère, vers la vallée de Chaudefour n’arrange rien

J’ai pris quasiment 10 minutes dans la vue sur l’objectif depuis Saint-Robert… ça ne présage rien de bon pour la suite. D’autant plus que les premières nausées arrivent, signe avant coureur de déshydratation.

Me voilà contraint de couper mon effort pour éviter la catastrophe. J’entame la dernière grosse difficulté vers le Sancy au ralenti. Les minutes passent, je me sens un petit peu mieux et arrive à m’hydrater un petit peu, mais je ne suis pas en mesure de forcer.

Une fin difficile

Quelle est longue cette montée vers le Sancy, que dis-je, interminable, mon retard est de plus en plus grand et mon moral de plus en plus bas. Je ne sais pas où j’en suis dans le classement, mais je ne me fais guère d’illusions : je ne suis pas dans le coup, un point c’est tout.

J’ai malgré tout l’espoir de me refaire une petite santé dans la longue descente qui mène vers l’arrivée… mais rien ne se passe : je descend comme un escargot : la machine n’avance pas, il n’y a rien à faire !!

Le moral est dans les chaussettes, je n’ai qu’une hâte : que le calvaire se termine ! Ils me paraissent bien long ces derniers kilomètres !

Et ma seule joie à la vue de la ligne d’arrivée, c’est de me dire que c’est enfin terminé ! J’aurais vécu deux courses en une : une première partie presque idéale, où tous les voyants étaient au vert, et une seconde partie cauchemardesque où ma seule ambition était de retrouver au plus vite mon petit nid douillet et ma couette !

Le verdict final est sans appel : je termine à une bien pâle 29ème place qui me prive d’un potentiel podium vétéran sur le TTN 2019.

Tans pis ce n’est pas bien grave, car je sais tout ce que j’ai enduré depuis le début de l’année, et je me dis que malgré tout, c’est déjà super d’être là, d’avoir fait cette course et de l’avoir terminée. Alors oui le résultat n’y est pas… mais est-ce vraiment bien là l’essentiel ?

 

 


Autres articles recommandés pour vous :

Cet article vous a plu ? Faites le connaître : Partagez-le !


Vous pouvez aussi lui attribuer une note... !

1 étoiles2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles6 étoiles7 étoiles8 étoiles9 étoiles10 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Soyez les premiers informés de nos prochains articles :


Tower Run Montparnasse : pour le fun… ou presque

Paris Tour Montparnasse, samedi 14 septembre 2019

C’est sans aucune prétention que je me suis inscrit à cette Tower Run, sachant que je n’aurais pas la possibilité de m’y préparer et que mon programme de cette rentrée est déjà gargantuesque !

Ce n’est donc que pour le plaisir… enfin c’est un bien grand mot ! que je suis venu retrouver mes collègues Tower-runners pour cette course sans enjeu particulier.

Ce fut un grand plaisir de retrouver Marvin, Mickael, Joris et les autres pour batailler dur dans les 60 étages de cette tour mythique, avec en prime l’arrivée au sommet et sa vue imprenable sur Paris.

Certes, je n’étais pas dans les meilleures conditions pour réaliser un exploit : pas de prépa spécifique, fatigué autant physiquement que mentalement, ni les jambes ni la tête… juste une grande envie de me changer l’esprit, au moins le temps d’une montée.

Parti prudemment, je parviens à courir, à mon rythme (les furieux sont déjà loin devant) jusqu’au 15ème étage environ.

Je maintiens ensuite la cadence pendant une bonne partie de la montée en marche rapide. Un petit fléchissement sur la fin avec une relance finale un peu tardive, me fais perdre quelques précieuses secondes.

Au final je terminerai en 7’49” à la 7ème position. Même si j’aurais bien aimé faire mieux, je bats malgré tout mon meilleur temps de 13″, et le principal c’est que j’ai passé un bon moment… et c’est bien là l’essentiel !

J’en profites pour remercier mon partenaire, grâce à qui je peux préparer ce type de courses, à savoir ma salle de sport MagicForm Le Raincy


Autres articles recommandés pour vous :

Cet article vous a plu ? Faites le connaître : Partagez-le !


Vous pouvez aussi lui attribuer une note... !

1 étoiles2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles6 étoiles7 étoiles8 étoiles9 étoiles10 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Soyez les premiers informés de nos prochains articles :


Trail de la Côte d’Opale 2019 : Optimisation !!

Trail National de la Côte d’Opale 2019

dimanche 08 septembre 2019 – Wissant

Première étape d’une saison automnale plus que chargée, c’est une nouvelle fois avec très grand plaisir que je reviens dans les terres du ch’nord courir au pays de Mr Franck Viandier !

Au moment d’aborder cette course que j’apprécie tout particulièrement, je le sais bien, je ne suis pas au top. Ni physiquement, ni mentalement. Et ce n’est pas mon petit stage commando réalisé une semaine avant la course qui viendra contredire les faits.

Malgré tout je suis bien décidé à en découdre, à donner le meilleur de moi-même pour parvenir à obtenir le meilleur résultat possible au vu des circonstances. Et puis, objectivement, comment faire mieux que l’an dernier où j’étais parvenu à finir sur le podium scratch ?

Pour le plaisir avant tout

C’est accompagné de mon fils Lancelot que je me présente sur la ligne de départ en ce dimanche matin. Il aura la lourde tâche de s’occuper de mes ravitaillements… en vélo s’il vous plait !

Le ton est donné d’entrée

Au départ j’ai été habitué à me retrouver dans le groupe de tête, voir même en tête tout court, mais cette année, avec un très fort vent de face sur la plage, j’ai eu beau essayer de m’abriter derrière d’autres coureurs, rien n’y fait. Je ne parviens pas à suivre le rythme, d’entrée je me retrouve à la limite, et glisse rapidement aux alentours de la 15ème place.

Me sachant loin d’être au top, plutôt que d’insister et d’y laisser des forces inutiles, je préfère prendre mon mal en patience, je lève le pied, laisse les autres partir et sort de la plage déjà loin derrière.

Je gère alors tant bien que mal la montée du Blanc-Nez, y laisse encore quelques places au passage. Mais la sagesse l’emporte sur tout le reste : si je veux aller au bout, je n’ai d’autres choix que de rester bien sagement en retrait.

Une première partie difficile

Dire que je subis la course durant cette première boucle est un faible mot ! Mon seul réconfort sera de croiser Lancelot au premier ravitaillement d’Hervelinghem… où je pointerai en 16ème position.

La grosse montée qui suit me fera encore perdre quelques plumes, et ce n’est pas la descente qui ramène vers Wissant qui me permettra de remonter : je continue à subir, mais je m’accroche.

Malgré tout, je suis certes un peu en retard par rapport à l’an dernier, mais je ne suis pas pour autant trop loin de mon plan de vol

Même si je suis également diminué mentalement, je suis malgré tout décidé à ne rien lâcher, je le dois bien à mon grand qui se démène pour me suivre et m’encourager.

Une lente remontée

Le début de la seconde boucle, verra aussi pour moi le début d’une seconde course, en quelques sorte une renaissance. Même si quelques coureurs me titillent encore un peu, je commence, tout doucement, à reprendre du poil de la bête…. la remontada est en route !

Alors que je retrouve des sensations, je rattrape progressivement les coureurs qui me précèdent. Je me sens bien, presque pousser des ailes, comme quoi, le fait d’avoir pris un départ lent, d’avoir écouté mes sensations du début, était plutôt bénéfique !

Au ravitaillement d’Ambleteuse, j’ai plaisir à retrouver Lancelot, je me ravitaille très vite et repart à l’assaut de la partie la plus difficile du parcours.

Retour en force

Bien que moins rapide que l’an dernier, je me sors plutôt bien des dunes de la Slack, je m’accroche aux talons de Frédéric Lejeune, un coureur hors pair qui, bien que V2, est encore très rapide !

A la sortie des dunes je pointe à la 13ème place (juste derrière Frédéric) et j’ai déjà remonté 9 places depuis le dernier pointage !

Je reprend définitivement Frédéric sur la plage en direction du fort d’Ambleteuse et poursuit ma route. Malgré un vent de face toujours présent, je maintiens un rythme soutenu.

Un beau final

Nous quittons la plage à Audresselles pour nous diriger vers les falaises qui conduisent au Gris-Nez. C’est habituellement à partir de ce point que tout se corse. Il ne reste plus que 12 kilomètres, mais les montagnes russes qui nous attendent ont pour habitude de laminer les dernières forces des coureurs.

Nous avons toujours un vent de face jusqu’au cap, ce qui ne facilite pas notre progression, malgré tout je ne lâche pas, me forçant à courir tout du long, y compris dans les montées. C’est là que je vois le bénéfice du travail en escaliers, car sans être dans la facilité, je m’en sors plutôt bien.

Dernière ligne droite

J’ai encore remonté une place avant la montée du Gris-Nez, et me voici 10ème au dernier point de ravitaillement. Ne reste plus qu’une belle petite montée, la plage, un dernier passage de dunes, et l’arrivée… soit environ 7 km… de pur bonheur

Pour une fois, à la faveur d’une marée basse et d’un vent qui maintenant n’est plus de face, mais quasiment de côté, je me sens pousser des ailes. Les derniers kilomètres de plage, généralement si pénibles, me semblent facile, je les survole sans problème.

Sans m’en rendre compte je vais encore grappiller 2 places avant d’attaquer le dernier cordon de dunes.

Tout se passe alors pour le mieux, la fin n’est qu’une formalité et je franchirai la ligne en 8ème place, certes bien loin du podium, mais cette année le niveau était très relevé, avec notamment le leader du TTN, qui remportera la course.

Un bilan exceptionnel

Car si au scratch je ne suis que 8ème, je remporte pour la seconde année consécutive la catégorie vétérans, et en plus de cela je bats mon meilleur temps sur le parcours en 5h11’42” !!

Cerise sur le gâteau, j’obtiendrai ma meilleure cote ITRA avec 715 points, c’est seulement la seconde fois, après le Morbihan 2017, que je dépasserai la barre des 700 points !

 


Autres articles recommandés pour vous :

Cet article vous a plu ? Faites le connaître : Partagez-le !


Vous pouvez aussi lui attribuer une note... !

1 étoiles2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles6 étoiles7 étoiles8 étoiles9 étoiles10 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Soyez les premiers informés de nos prochains articles :


Simulateur calcul UTMB, CCC, TDS, OCC, MCC 2019

Votre roadbook personnel pour les courses de l’UTMB

du 26 août au 1er septembre 2019

Il y en aura pour tous les goûts pour cette 17ème édition de l’UTMB 2019. Avec pas moins de 7 courses au programme, sans compter les courses enfants. Chacun y trouvera son compte !

Pour cette édition 2019 nous avons le plaisir de vous proposer les simulations de calcul pour les 5 épreuves les plus prisées de cette semaine UTMB.

Désormais nos simulations de calcul sont hébergées sur notre site partenaire MY-easyraces.

Votre roadbook pour l’UTMB 2019

Simulation calcul UTMB 2019

Les simulations pour les autres courses de la semaine

Retrouvez également les simulations de calculs pour les autres courses du week-end svia les liens suivants :

Calcul roadbook CCC 2019

Simulation temps de passages TDS 2019

Calcul trail OCC 2019

Simulation calcul MCC 2019

Le programme complet de l’UTMB 2019

programme UTMB 2019

Comment utiliser le simulateur trail ?

Toutes les informations utiles pour compléter le tableau et obtenir votre feuille de route sont ici :

Guide utilisateur du simulateur trail

calculateur d’allure

Calcul VMA, Indice d’Endurance 

Liste des autres parcours disponibles

simulateur-trail

 

Des questions, suggérer un nouveau parcours ?

N’hésitez pas à me faire part de vos interrogations, remarques et à me contacter pour la mise en ligne de nouveau parcours.


Cet article vous a plu ? Faites le connaître : Partagez-le !


Vous pouvez aussi lui attribuer une note... !

1 étoiles2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles6 étoiles7 étoiles8 étoiles9 étoiles10 étoiles (1 votes, average: 10,00 out of 10)
Loading...

Soyez les premiers informés de nos prochains articles :


Autres articles recommandés pour vous :

Ma prochaine aventure : Le défi des Trolls

Cap sur la Norvège !

50€ de remise sur votre inscription !!

Vous souhaitez me rejoindre en Norvège et participer au défi des Trolls cet été ? Grâce à mon partenariat avec Raids & Aventure, j’ai le plaisir de vous offrir un bon de réduction de 50€ à valoir sur votre inscription ! Pour en bénéficier, il vous suffit d’informer l’organisation que vous venez de la part de MY-Trail !

Un nouveau challenge pour cet été

Toujours à la recherche de nouvelles destinations pour mêler course et découverte de nouvelles contrées, cette année nous avons eu un coup de coeur pour le défi des trolls. Cap au nord au pays des fjords pour un périple d’une semaine du 10 au 16 août 2019.

Le défi des Trolls

Une course à étapes au beau milieu des fjords norvégiens. Pour une distance totale de 110 km et environ 4500m de dénivelé à parcourir en 4 jours (un prologue de 14km et 3 étapes de 30 à 35 km).

Une ambiance festive

Le défi des Trolls ce n’est pas qu’une simple course, c’est également une atmosphère, une ambiance chaleureuse et le plaisir de partager de bons moments tous ensembles après l’effort !

Voici quelques vidéos pour vous donner une idée de ce qui vous attendra en Norvège !

Partez à la découverte de la Norvège à l’occasion de ce défi sportif hors du commun.

Toutes les informations utiles : 

Le Défi des Trolls

 

 


Autres articles recommandés pour vous :

Cet article vous a plu ? Faites le connaître : Partagez-le !


Vous pouvez aussi lui attribuer une note... !

1 étoiles2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles6 étoiles7 étoiles8 étoiles9 étoiles10 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Soyez les premiers informés de nos prochains articles :